Finale de la Coupe Davis

18 novembre 2012 20:09; Act: 18.11.2012 20:14 Print

La République tchèque remporte le saladier

Radek Stepanek a offert à la République tchèque la deuxième Coupe Davis de son histoire en battant Nicolas Almagro 6-4 7-6 3-6 6-3 à Prague dans le cinquième match décisif de la finale.

storybild

La Suisse peut trembler dans la perspective du 1er tour de la Coupe Davis en 2013 face à la République tchèque (photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le 37e joueur mondial a rendu une copie quasi parfaite, faisant parler son expérience et son jeu plus varié. Son pays attendait la quête d'un Saladier d'argent depuis 1980 et le triomphe d'Ivan Lendl et Tomas Smid, qui représentaient alors la Tchécoslovaquie.

Adversaires de la Suisse au 1er tour l'an prochain à Genève, les Tchèques ont ainsi pris leur revanche sur la défaite concédée en finale de l'édition 2009 face à l'Espagne, qui s'était alors imposée 5-0 à Barcelone avec Rafael Nadal dans ses rangs. Ils ont prouvé qu'il était possible de s'imposer avec seulement deux joueurs compétitifs, Radek Stepanek (33 ans) et Tomas Berdych (27 ans) ayant disputé tous les matches comportant un enjeu cette saison.

La victoire fêtée samedi par le duo tchèque fut décisive dans cette 100e finale de Coupe Davis. La paire Berdych/Stepanek s'est imposée en quatre sets (3-6 7-5 7-5 6-3) face aux vainqueurs du Masters 2012 de double Marcel Granollers et Marc Lopez. Si Tomas Berdych a payé face à David Ferrer (défaite 6-2 6-3 7-5) les efforts consentis vendredi - où il avait conclu son duel remporté en cinq sets face à Nicolas Almagro juste avant minuit - et samedi, Radek Stepanek a en revanche maîtrisé son sujet dimanche.

Battu en trois sets vendredi par un David Ferrer impressionnant ce week-end, Radek Stepanek a offert une leçon de jeu en indoor à Nicolas Almagro. L'ex fiancé de Martina Hingis n'a jamais cessé d'agresser le no 11 mondial, qui disputait pour la première fois de sa carrière un cinquième match décisif. Il aurait même pu s'imposer en trois manches, mais manquait les trois balles de break qu'il se procurait consécutivement dans le premier jeu du troisième set alors qu'il avait enlevé dix points de suite.

Souvent décrié en Espagne pour son mental friable, Nicolas Almagro profitait d'une baisse de régime du Tchèque pour empocher la troisième manche. Radek Stepanek repartait cependant de plus belle dans la quatrième, poussé par les quelque 13'000 Tchèques massés dans l'O2 Arena. Il signait le break d'entrée pour mener 3-0. Le natif de Karvina, qui avait déjà remporté deux matches décisifs - dont un face à Stanislas Wawrinka à Prague en barrage de l'édition 2007 -, conservait cet avantage jusqu'au bout. Il profitait de la 56e faute directe de Nicolas Almagro pour conclure la partie, après 3h51' de lutte.

(si)