Ukraine

16. Dezember 2011 12:11; Akt: 16.12.2011 12:32 Print

Video zeigt schöne Julia im Gefängnis

Die Lebensgeister der inhaftierten ukrainischen Ex- Regierungschefin Julia Timoschenko sind noch nicht erloschen, wie ein Video zeigt. Lesen Sie den Artikel im Original auf Französisch.

Zum Thema
Fehler gesehen?

Des images dévoilant l'ex-premier ministre ukrainien Ioulia Timochenko dans sa cellule suscite de vives réactions. L'avocat de l'opposante ukrainienne Ioulia Timochenko et des blogueurs ont vivement critiqué jeudi la diffusion sur le site de Youtube d'une vidéo tournée «illégalement». Elle montre l'ex-premier ministre allongée sur un lit dans la prison de Kiev où elle est incarcérée.

Sur cette vidéo on aperçoit pendant plusieurs secondes Mme Timochenko, sous la couverture de son lit, coiffée de sa traditionnelle tresse. Elle gesticule pour protester contre le tournage, alors qu'elle est malade et ne peut pas marcher, selon ses défenseurs.

L'avocat de l'opposante, Sergui Vlassenko, a confirmé que sa cliente figurait bien sur cette vidéo. Il a dénoncé le tournage «réalisé illégalement» et annoncé son intention de porter plainte.

«Quand une personne malade ne peut pas se lever et dit 'Ne me filmez pas', et qu'on la filme malgré tout, ce n'est pas normal», a-t-il dit, cité par Interfax. De nombreux blogueurs ukrainiens ont dénoncé la publication de la vidéo comme un acte «vilain» ou une «vacherie» à l'égard de opposante.

Enquête en cours

Le porte-parole de l'administration pénitentiaire, Igor Androuchko, a déclaré qu'une enquête sur les origines de la vidéo était en cours. Cette institution a publié la veille sur son site des photos de l'infirmerie de la prison et notamment de la chambre de Mme Timochenko, mais l'opposante y est absente.

Ioulia Timochenko a été condamnée en octobre à sept ans de prison pour abus de pouvoir pour avoir conclu, lorsqu'elle était Premier ministre, des accords gaziers avec la Russie considérés comme défavorables à son pays. Cette affaire a provoqué une grave crise entre Kiev et l'UE qui soupçonne des poursuites politiques intentées par le pouvoir en place.

(sda/afp)