100 rebelles et des civils pourraient avoir été tués
Actualisé

100 rebelles et des civils pourraient avoir été tués

Plus de cent rebelles afghans pourraient avoir été tués jeudi par une frappe de la coalition sur un rassemblement de chefs talibans dans la province d'Helmand (sud).

Moins de dix civils auraient aussi été tués.

Cette frappe, annoncée vendredi par la coalition, a visé des commandants talibans réunis pour une exécution publique de «collaborateurs» du gouvernement dans le district reculé et montagneux de Baghran, sous contrôle rebelle, selon le ministère. Mansour Dadullah, le chef militaire pour le sud, figurait parmi les cibles de cette frappe.

«Nous n'avons pas encore pu établir le nombre précis des victimes ennemies, mais il est très élevé. Il pourrait y avoir plus de 100 tués», dont de nombreux «terroristes étrangers», a déclaré le porte-parole du ministère, le général Mohammad Zahir Azimi. «Il pourrait y avoir des civils parmi eux aussi, mais, s'il y en avait, ils étaient très peu nombreux, moins de dix», a-t-il ajouté.

Les hôpitaux de Lashkar Gah, capitale de l'Helmand, et de Kandahar ont indiqué avoir admis quarante civils blessés, mais le général Azimi a mis en doute le fait que tous les blessés soient des civils.

«Nous avons des photographies aériennes du rassemblement. Il n'y avait pas plus de 150 personnes (...) la plupart armées, il n'y avait pas de femmes et d'enfants», a-t-il dit.

Le général ne pouvait dire si Mansour Dadullah, frère du mollah Dadullah, le plus important chef taliban tué en mai par les forces alliées, avait été tué ou avait survécu à la frappe.

(ats)

Ton opinion