Sponsorisé: 1100 grammes de C02 qui pèsent 74'000 francs
Actualisé

Sponsorisé1100 grammes de C02 qui pèsent 74'000 francs

Au terme des 1'332 km du parcours du «NatuRallye», le Team Suisse centrale s'est imposé d'un cheveu devant le Team Tessin grâce à un final éblouissant. Les Romands Serena Personne et Benoît Dumas ont terminé cinquièmes et derniers de la compétition.

1 / 7
kein Anbieter/David Biedert
kein Anbieter/David Biedert
kein Anbieter

Après trois jours de route et de défis, Thierry Grünberg et Patrick Ritch ont devancé leurs rivaux italophones en produisant 1,1 kg CO2 de moins qu'eux. Ces 1100 grammes de CO2 ont coûté très cher aux étudiants tessinois qui ont ainsi vu les deux SEAT Leon TGI propulsées au gaz naturel/biogaz d'une valeur totale de 74'000 francs promises aux vainqueurs leur passer sous le nez. Rageant! «Nous sommes évidemment déçus d'avoir perdu sur le fil, après avoir occupé la position de leader les derniers jours. C'est frustrant de voir tous nos efforts réduits à néant pour si peu de choses. Mais le Team Suisse orientale a mérité sa victoire», ont estimé, fair-play, Dario Bassi et Graziano Marioni.

Lors du «NatuRallye», les concurrents ont circulé durant trois jours à bord de SEAT Leon TGI propulsées au gaz naturel/biogaz sur un parcours qui les a menés de Zurich à Bâle en passant par Lugano, Parme (ITA), Lerici (ITA) et Martigny. Des cols alpins à la mer Méditerranée, les équipages ont pu admirer de nombreux et splendides paysages. Hors route, les participants à l'épreuve se sont également affrontés lors de défis originaux qui augmentaient le bilan CO2 de tous les teams, sauf des vainqueurs de ces challenges.

Le premier jour de course, sur le trajet de Zurich à Parme, les équipes se sont mesurées les unes aux autres sur le circuit de Vairano. Le Team Mittelland a coiffé ses concurrents au poteau, mais cet exploit ne lui a pas permis de prendre les commandes de la compétition, le Team Tessin s'étant montré redoutable de stratégie sur la route, maintenant ainsi ses émissions de CO2 à un niveau incroyablement bas. Le deuxième jour de course a aussi réservé son lot de surprises et c'est finalement le Team Suisse orientale qui s'est montré le plus régulier sur la route. Sur leur lancée, les Zurichois ont été couronnés hier à Bâle, en marge de l'évènement Auto Basel.

Les lauréats alémaniques du «NatuRallye» n'ont pas caché leur joie, une fois le verdict connu: «Nous voilà libérés d'un immense poids! Nous voulions absolument l'emporter, et on a réussi à passer devant au finish!», s'est réjouit Thierry Grünberger. Son compagnon de route, Patrick Ritch, s'est quant à lui réjoui d'avoir pu franchir le col du Grand-Saint-Bernard au volant.

Au terme de l'épreuve, Daniela Decurtins, la directrice de l'Association Suisse de l'Industrie Gazière (ASIG) s'est félicitée du succès rencontré par le «NatuRallye»: «Le gaz naturel/biogaz est d'ores et déjà une alternative de tous les jours à l'essence et au diesel. Conduire des véhicules propulsés au gaz permet de réduire rapidement et efficacement les émissions de CO2 et de polluants atmosphériques. C'est pour faire connaître ce nouveau type de

carburant et en montrer tous les avantages que l'industrie gazière suisse a organisé le «NatuRallye». C'est une façon surprenante et fascinante de transmettre des informations sur le

gaz naturel/biogaz en tant que carburant».

Le classement final

Propre et économique

Les voitures roulant au gaz naturel produisent beaucoup moins de CO2 que celles qui carburent au diesel ou à la benzine. Par ailleurs, on économise en moyenne 25% sur le prix du carburant par rapport aux véhicules à essence.

Paid Post

Cet article a été rédigé par Commercial Publishing Tamedia en collaboration avec l'Association Suisse de l'Industrie Gazière.

Ton opinion