Justice genevoise: 12 ans de prison pour le meurtre d'un jeune dealer
Actualisé

Justice genevoise12 ans de prison pour le meurtre d'un jeune dealer

Le Tribunal criminel de Genève a condamné jeudi un jeune homme de 21 ans à une peine de 12 ans de prison pour l'assassinat d'un jeune dealer dans le quartier des Eaux-Vives en 2009.

C'est dans ce square jouxtant la route de Frontenex que s'est déroulé le drame en janvier 2009.

C'est dans ce square jouxtant la route de Frontenex que s'est déroulé le drame en janvier 2009.

Les juges ont qualifié la faute du prévenu de très lourde et le mobile du crime, à savoir voler la drogue, d'odieux. Le tribunal a aussi pris en compte les antécédents «très défavorables» du jeune homme pour fixer la peine. Les infractions qu'a commises l'accusé dès l'âge de 15 ans sont allées crescendo en gravité.

La demande de la défense, qui réclamait un placement dans une maison éducative pour jeunes adultes, a été balayée. Les juges ont qualifié cette solution de «ni utile, ni nécessaire», de même que «peu appropriée compte tenu de la dangerosité du prévenu». La circonstance atténuante du repentir sincère n'a pas été retenue.

Six balles à bout portant

Le tribunal criminel a quasiment suivi les réquisitions du procureur Yves Bertossa, qui avait demandé 13 ans de prison. Les juges ont estimé que bien que l'accusé ne se soit pas rendu au rendez-vous qu'il avait fixé à son fournisseur de drogue pour tuer, il n'a pas hésité à tirer à six reprises à bout portant sur lui.

Juste après avoir fait feu, le prévenu s'est emparé du sac contenant 10 kilos de haschich que lui avait montré la victime quelques secondes auparavant. Indifférent au sort du garçon sur lequel il avait tiré, il a ensuite effectué des appels téléphoniques afin de revendre la drogue qu'il venait de voler.

Le tribunal criminel n'a pas compris pourquoi l'accusé avait sombré dans la délinquance alors que sa situation familiale était loin d'être catastrophique. Outre la peine de prison, les juges ont condamné le prévenu à verser 145'000 francs à la mère et aux sept frères et soeurs de la victime pour tort moral.

En pleine zone d'habitations

Les faits se sont déroulés le 1er janvier 2009, en fin de soirée, dans le haut du quartier des Eaux-Vives, au pied d'immeubles résidentiels. L'accusé se rend dans ce square pour rencontrer un vendeur de haschich surnommé «la Fouine». Ce dernier doit lui amener 10 kilos de drogue en échange de 30'000 euros.

Le prévenu arrive sur place sans l'argent mais avec un pistolet chargé à bloc. Lorsqu'il sort son arme, la victime, au lieu de remettre le haschich sans broncher, résiste selon toute vraisemblance. L'accusé tire alors à six reprises sur son interlocuteur, le blessant mortellement. (ats)

Ton opinion