Santé: 1200 plaintes contre Chantix
Actualisé

Santé1200 plaintes contre Chantix

Le médicament utilisé pour le sevrage du tabac est accusé d'entraîner des états suicidaires, voire des passages à l'acte.

Ce médicament est autorisé en Suisse depuis décembre 2006 sous le nom de Champix.

Ce médicament est autorisé en Suisse depuis décembre 2006 sous le nom de Champix.

En ce début d'année où la prise de bonnes résolutions peut comprendre l'arrêt de la cigarette, un médicament suscite la polémique. Plus de 1200 plaintes individuelles ont été déposées par des consommateurs du Chantix (varénicline) ou leur famille, aux Etats-Unis. Ce médicament est autorisé en Suisse depuis décembre 2006 sous le nom de Champix.

La procédure a été confiée à une juge unique, Inge Johnson, dans un tribunal fédéral de l'Alabama. Si elle n'en est qu'à ses prémisses, elle pourrait se solder par un chèque très élevé du laboratoire américain, pour peu que la justice établisse des défaillances dans la conduite des essais cliniques préalables à la commercialisation du médicament.

Le principal avocat des plaignants, Ernest Cory, a assuré s'attendre encore au dépôt d'«un millier d'autres» plaintes pour «négligence» contre le laboratoire pharmaceutique américain Pfizer .«La plupart des cas présentés impliquent des problèmes neurologiques», indique-t-il, citant «suicides, tentatives de suicide et trous de mémoire». Il évoque parmi les 1200 plaintes déjà déposées «bien plus d'une centaine de suicides réussis».

Un accord financier reste possible

Interrogé par l'AFP, le laboratoire Pfizer a estimé qu' «il n'existe pas de preuve scientifique que le Chantix ait provoqué les accidents neurologiques rapportés par les plaignants». C'est un traitement «efficace» et «nous avons l'intention de défendre ce médicament utile», a ajouté Victoria Davis, porte-parole du laboratoire.

L'éventualité d'un accord financier global entre Pfizer et les plaignants est envisageable. L'avocat des plaignant a assuré dans l'immédiat «ne rien en savoir».

Si les plaignants obtiennent gain de cause en justice, il est possible que l'Agence américaine du médicament -qui a déjà exigé l'imposition d'avertissements stricts sur les boîtes de Chantix- décide à terme de retirer le médicament du marché.

Et en Suisse?

Depuis l'autorisation de Champix en Suisse «moins de 50 effets indésirables» ont été rapportés, écrit Swissmedic sur son site Internet. «Au cas n'était en relation avec des idées ou comportements suicidaires.»

La question de savoir quel rôle a joué le Champix dans les cas annoncés de suicides et de tentatives de suicide, n'est pas résolue. D'autres facteurs doivent être pris en compte, souligne l'institut des produits thérapeutiques.

(afp)

Ton opinion