15 détenus exécutés dans une prison de Kaboul

Actualisé

15 détenus exécutés dans une prison de Kaboul

Pour la première fois depuis trois ans, quinze détenus ont été exécutés par balle lundi dans la principale prison d'Afghanistan, aux portes de Kaboul, tandis que les violences faisaient 18 morts dans le pays.

L'exécution de masse a eu lieu dimanche soir et s'est déroulée selon la loi afghane qui stipule que les condamnés à mort doivent être abattus par balle, a annoncé le responsable de l'établissement pénitentiaire, Abdul Salam Ismat.

Quand il était au pouvoir en Afghanistan, le régime taliban avait recours aux exécutions publiques, souvent dans le stade de Kaboul, endommagé par la guerre, mais cette pratique a cessé après le renversement des talibans par la coalition sous commandement américain fin 2001.

L'exécution de masse de dimanche soir est la première depuis avril 2004.

Le groupe de défense des droits de l'Homme Amnesty International a dénoncé la tuerie, reprochant au président afghan Hamid Karzaï de n'avoir pas tenu sa promesse d'instaurer un moratoire sur la peine de mort.

Le porte-parole du président, Humayun Hamidzada, s'est refusé à tout commentaire lundi, affirmant qu'Hamid Karzaï ferait bientôt une intervention télévisée.

Par ailleurs, seize militants combattant pour un seigneur de la guerre ouzbek recherché par l'armée américaine ont été tués dans des frappes aériennes dans l'est du pays, a annoncé lundi la police afghane.

Les forces américaines ont procédé à ces frappes dimanche matin contre les hommes de Tahir Yuldash, chef du Mouvement islamique d'Ouzbékistan et membre d'Al-Qaïda, a précisé Nabi Jan Mullahkhail, responsable de la police de la province de Paktika.

Une bombe placée sur la bord de la route dans la province d'Uruzgan a également tué un soldat de l'OTAN, a annoncé le major Charles Anthony, porte-parole de l'OTAN. On ignorait dans l'immédiat la nationalité du soldat décédé, mais le gros des troupes basées à Uruzgan sont constituées de contingents australiens et hollandais.

Dans la province d'Helmand, un kamikaze à bicyclette a attaqué un convoi de l'OTAN, faisant trois blessés civils, dont deux enfants.

Enfin, un enfant qui marchait apparemment sur un site d'entraînement de l'OTAN dans la province orientale de Khost, a été tué, et deux autres blessés, a fait savoir l'OTAN dans un communiqué. Les deux petits blessés, soignés dans un hôpital militaire, étaient dans un état stable, était-il précisé. (ap)

Ton opinion