Séisme en Haïti: 150 000 morts confirmées par le gouvernement
Actualisé

Séisme en Haïti150 000 morts confirmées par le gouvernement

Le bilan du tremblement de terre du 12 janvier en Haïti s'élève à au moins 150 000 morts à Port-au-Prince et dans les environs, a annoncé dimanche le gouvernement, citant le nombre de cadavres retrouvés à ce jour.

Des milliers d'autres personnes ont été tuées ailleurs dans le pays ou sont encore ensevelies sous les ruines dans la capitale.

L'évaluation, a précisé à l'Associated Press la ministre des Communications Marie-Laurence Jocelyn Lassègue, se fonde sur le décompte des corps effectué par la société publique du Centre national des équipements (CNE), qui collecte les cadavres et les enterre dans une fosse commune creusée au nord de Port-au-Prince. Le chiffre ne comprend pas les milliers de personnes décédées à Jacmel, sur la côte sud, ou les victimes enterrées par leurs proches.

Par ailleurs, l'Institut géologique américain a déclaré dimanche qu'il avait enregistré 52 répliques de magnitude 4,5 ou plus depuis le séisme de magnitude 7 du 12 janvier.

Les Etats-Unis ont fait savoir samedi que le gouvernement avait confirmé 111.481 morts. Le bilan total du séisme avoisine les 200.000 morts, selon les estimations des autorités haïtiennes citées par la Commission européenne. Mais «personne ne sait combien de corps sont ensevelis sous les décombres -200.000? 300.000? Qui sait quel est le nombre total de morts?», a souligné Mme Lassègue.

Bien qu'un jeune homme ait été retiré vivant des ruines à Port-au-Prince samedi, l'espoir de retrouver des rescapés est devenu très faible 12 jours après la catastrophe. Le gouvernement haïtien a déclaré la fin des recherches samedi, l'effort se portant essentiellement désormais sur l'aide matérielle, alimentaire et médicale aux centaines de milliers de sinistrés.

Les Nations unies estiment qu'environ 609.000 personnes sont sans abri dans la capitale et ses environs, et que jusqu'à un million pourraient quitter les villes détruites du pays pour des zones rurales déjà extrêmement pauvres. Jusqu'à 200.000 des deux millions d'habitants de Port-au-Prince ont déjà fui la capitale, selon l'Agence américaine pour le développement international. (ap)

Ton opinion