Un an après: 150 000 personnes rendent hommage à Benazir Bhutto
Actualisé

Un an après150 000 personnes rendent hommage à Benazir Bhutto

Plus de 150 000 Pakistanais se sont massés samedi autour de la tombe de l'ex-Premier ministre Benazir Bhutto, dans le sud du pays.

Ils lui ont rendu hommage, un an jour pour jour après son assassinat dans un attentat attribué aux islamistes.

Dès les premières heures de la matinée, la foule s'est pressée aux postes de contrôle mis en place à l'entrée du cimetière du village de Garhi Khuda Bakhsh, où se trouve le mausolée de la famille Bhutto.

Un épais brouillard a d'abord bloqué nombre de personnes sur les routes, avant que le temps ne s'améliore et leur permette de parvenir sur place.

Programme modifié

Ce contretemps a conduit les autorités à modifier le programme des célébrations, où le veuf de Mme Bhutto, Asif Ali Zardari, président du Pakistan depuis septembre, et son fils, Bilawal Bhutto Zardari, co-présidents du Parti du peuple pakistanais (PPP), devaient venir présider la cérémonie.

Pour des raisons de sécurité, M. Zardari et ses trois enfants sont finalement restés dans leur maison familiale de Naudero, à cinq kilomètres de là. Il était question qu'ils se rendent plus tard sur la tombe, a précisé un responsable des services de sécurité.

A Naudero, la famille de Mme Bhutto et des ministres et parlementaires ont observé une minute de silence à 17h20 (13h20 suisses), l'heure exacte à laquelle le cortège de Mme Bhutto a été attaqué le 27 décembre 2007 à Rawalpindi, près de la capitale Islamabad. Benazir Bhutto, 54 ans, y menait campagne pour les élections législatives, deux mois après son retour d'exil.

Plus de 150 000 personnes étaient rassemblées autour du mausolée, selon la police. Elles étaient arrivées en train, en voiture, à bord de cars, à vélo et même à pied pour rendre hommage à celle qui fut la première femme des temps modernes à gouverner un pays musulman.

400 km à pieds

Parmi eux, Tariq Waseem, 25 ans, étudiant de la province voisine du Baloutchistan, se disait fier d'avoir marché dix jours et près de 400 km pour assister à l'évènement, accompagné d'une dizaine d'amis.

Il a préféré faire le chemin pieds nus, offrant sa souffrance à la mémoire de l'ancien Premier ministre. «Cela n'est pas douloureux», a-t-il assuré à l'AFP en montrant avec fierté les ampoules qui tapissaient ses plantes de pied. «Ce sont des cadeaux de notre leader morte en martyr», a-t-il souri.

Suite à l'assassinat de Benazir Bhutto, le Parti du peuple pakistanais (PPP), dont elle était la figure de proue, a bénéficié en février d'une vague de sympathie et remporté les élections, tandis que son mari, Asif Ali Zardari, a été élu président.

Nombreux ennemis

La mort de Mme Bhutto reste entourée de nombreuses zones d'ombre. L'enquête menée par le précédent gouvernement pakistanais, la police britannique et la CIA a conclu que Mme Bhutto, fervente alliée des Etats-Unis dans la lutte contre les activistes islamistes, avait été tuée par un militant proche d'Al-Qaïda.

Si elle avait elle-même évoqué un complot islamiste contre sa personne, elle avait aussi de nombreux ennemis dans les lieux de pouvoir pakistanais, dont les services du renseignement.

L'anniversaire de la disparition de Benazir Bhutto intervient dans une période de tension pour Islamabad, pris dans une crise avec l'Inde qui a imputé les attentats de Bombay, fin novembre, à des activistes basés au Pakistan.

Les images:

(ats)

Ton opinion