Actualisé 01.03.2009 à 20:02

Brandons16 500 personnes à Payerne, 8000 à 10 000 à Grandson

Plusieurs villes vaudoises ont vibré ce week-end aux sons des guggenmusiks des carnavals.

Près de 16 500 personnes ont assisté dimanche au grand cortège payant des Brandons à Payerne (VD). Ils étaient entre 8000 et 10 000 à Grandson.

Dans la Broye, douze guggenmusiks et autant de chars ont évoqué l'affaire Nef, les déboires de l'équipe de football locale ou la crise du pétrole. «Nous sommes enchantés. La météo était avec nous et samedi nous avons battu notre record d'affluence avec le cortège des enfants», a expliqué Sébastien Galliker, porte-parole du comité d'organisation.

Le carnaval n'a fait que quelques clins d'oeil à la polémique autour de Jacques Chessex, auteur d'un livre qui relate un meurtre antisémite en 1942 à Payerne. Mais en milieu de semaine, les rues de la ville ont été rebaptisées «rue, allée ou impasse Chessex» par un mystérieux «Comité du devoir de mémoire».

Côté sécurité, cette édition 2009 s'est déroulée sans problème particulier, a ajouté M.Galliker. Une équipe de samaritains a patrouillé dans la ville pour prévenir les abus liés à l'alcool. Une nouvelle édition est d'ores et déjà planifiée du 19 au 22 février 2010.

Sourire à Grandson

Les organisateurs des Brandons de Grandson avaient également le sourire dimanche à l'heure du bilan. Entre 8000 et 10 000 personnes ont assisté durant l'après-midi au cortège auquel environ 300 enfants des écoles ont participé.

Des groupes costumés, sept guggenmusiks et quelques chars ont défilé dans les rues de la ville, brocardant l'UBS ou évoquant l'Eurofoot ou encore le Far West. Aucun incident notable, ni bagarre n'est venu ternir une fête «100% réussie», a expliqué Christian Berney, président du comité d'organisation.

Pour éviter des accidents de la route, le carnaval a institué un système de «capitaine de soirée». Sur place, des jeunes signent un contrat dans lequel ils s'engagent à ne pas boire d'alcool durant la soirée et à ramener leurs camarades à domicile. En échange, ils reçoivent des bons pour des boissons non alcoolisées. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!