Nigeria: 18 morts dans une attaque par des islamistes

Actualisé

Nigeria18 morts dans une attaque par des islamistes

Des hommes armés, membres présumés du groupe islamiste Boko Haram, ont ouvert le feu dans un marché, dans le nord-est du Nigeria, tuant 18 personnes, a déclaré un responsable local mardi.

«Des hommes armés sont arrivés au marché hier (lundi) après-midi et ils ont ouvert le feu sur un groupe de chasseurs» dans la localité de Damboa, a déclaré à la presse ce chef local, précisant que «18 personnes ont été tués lors de l'attaque».

Selon M. Ahmed, des rumeurs ont couru selon lesquelles les islamistes étaient en colère contre les chasseurs qui vendaient du porc, une viande interdite pour les musulmans.

Mais selon d'autres habitants, des chasseurs s'étaient rassemblés récemment pour créer un groupe d'auto-défense et se venger de vols perpétrés par des membres de Boko Haram, ce qui aurait amené les islamistes à se venger à leur tour.

Les chasseurs ont l'habitude de vendre leur gibier sur le marché de Damboa, où l'attaque a eu lieu.

Les violences liées à Boko Haram dans le nord et le centre du Nigeria et leur répression sanglante par les forces de l'ordre ont fait environ 3000 morts depuis 2009. (afp)

Des inconnus tirent sur des joueurs de dames

Des hommes armés circulant à moto ont ouvert le feu mardi sur un groupe de joueurs de dames à Kano, ville du nord du Nigeria, tuant cinq personnes, a-t-on appris de sources concordantes locales.

«Nous venons juste d'évacuer les corps sans vie de cinq personnes, et deux autres personnes ont été sérieusement blessées (...)», a indiqué à l'AFP un policier sur place.

«Selon des témoins, les assaillants étaient au nombre de neuf, ils sont arrivés sur trois motos vers 17H00 (16H00 GMT) et ont ouvert le feu», a expliqué ce policier.

Des habitants du quartier de Dakata, où a eu lieu l'incident, ont confirmé ces informations.

Les victimes étaient en train de jouer aux dames à l'ombre d'un arbre, ont raconté ces témoins. Les assaillants ont pu prendre la fuite.

Un porte-parole de la police de Kano, Magaji Majia, a également confirmé l'incident, sans préciser le nombre de victimes.

Plus tôt mardi, les autorités de Kano avaient interdit la circulation des taxi-moto dans la ville. Dimanche, la sécurité avait été renforcée à Kano, deuxième ville du nord du pays et sa capitale économique, au lendemain de l'attaque manquée contre l'Emir de Kano, l'un des plus hauts dignitaires musulmans du Nigeria, qui a fait cinq morts.

Ton opinion