2'000 euros de récompense pour le casque de Didier Cuche
Actualisé

2'000 euros de récompense pour le casque de Didier Cuche

Vingt-quatre heures après avoir été sacré roi de la descente, Didier Cuche a reçu son globe de cristal à Bormio... mais il s'est fait voler son casque. Interview

Didier Cuche, qu'avez-vous ressenti par rapport à 2007 quand vous aviez remporté votre premier globe ?

Il y avait plus d'émotion l'an dernier à Lenzerheide. Contrairement à ici, la descente avait pu être disputée. C'est mieux de gagner quand il y a un combat. En 2007, j'avais aussi pu soulever mon globe en Suisse, devant des milliers de spectateurs. Le fait que je revienne de blessure la saison dernière avait également ajouté à l'émotion.

La remise officielle du globe représente-t-elle malgré tout quelque chose de spécial ?

Evidemment. Et d'autant plus que je me suis battu tout l'hiver pour garder ce globe. Le hic, c'est que quelqu'un a profité de cette cérémonie pour me voler mon casque fétiche (réd: représentant Scrat, un des personnages de l'Age de Glace). J'offre 2000 euros à quiconque me le ramènera, même si c'est le voleur lui-même.

Bode Miller sera-t-il à nouveau votre grand rival la saison prochaine pour le globe de descente ?

Oui, mais il n'y aura pas que Miller. Les anciens comme Büchel ou Walchhofer seront toujours là. Il faudra aussi compter sur de nouveaux venus, comme Werner Heel (réd: le vainqueur de Kvitfjell). L'équipe canadienne avec les Guay, Hudec ou autre Osborne-Paradis sera aussi à surveiller.

Vous remportez votre deuxième globe de descente à Bormio, là même où vous avez fait vos débuts en Coupe du monde en 1993. Quels sont vos souvenirs ?

En 1993, j'étais parti avec un dossard dans les 50. J'avais perdu plus de six secondes sur le premier (réd: Hannes Trinkl. Cuche avait lui terminé 57e et avant-dernier, ne devançant que le Chilien Nils Linneberg...). Je me rappelle que la piste était verglacée. J'avais vraiment très peur. Mes entraîneurs de l'époque trouvaient que j'étais un casse-cou et avaient décidé de m'aligner ici. Avec le recul, je pense que j'ai été lancé trop tôt (réd: il avait 19 ans).

(si)

Ton opinion