Actualisé 15.03.2009 à 06:46

«Les Guignols de l'info»20 ans de satire et d'influence

Emblématiques de la satire politique en France, «Les Guignols de l'info», émission télévisée de marionnettes, fêtent leurs 20 ans ce lundi.

Chaque jours, il caricaturent, dénoncent et ridiculisent les personnalités publiques françaises et étrangères.

Plus de 300 personnalités ont leur marionnette en latex. Des Français, comme Nicolas Sarkozy ou Jacques Chirac mais également des personnalités d'autres horizons, tels que George W. Bush ou Sylvester Stallone, présenté comme le maître du monde, ou encore des sportifs et des artistes.

Inspirée du programme britannique «Spitting Image», l'émission qui fait rire chaque soir entre 2,5 et 3 millions de Français sur la chaîne privée Canal &. Elle a aussi acquis une influence politique que personne ne se risque à nier.

Chirac

Encore aujourd'hui, l'ancien président Jacques Chirac reste un personnage incontournable des «Guignols». Il confie à l'AFP trouver sa marionnette «sympathique». Mais «j'espère que c'est aussi pour d'autres raisons que j'ai été élu», souligne-t-il.

En 1995, lors de sa première élection comme président, beaucoup de commentateurs avaient estimé que la présentation que firent les Guignols de la lutte à droite avec Edouard Balladur avait pu influer sur le choix des électeurs. Jacques Chirac y était représenté, poignard dans le dos, comme la victime d'une trahison.

Bon signe

«S'amuser des personnalités qui font l'actualité, cela a toujours existé. La satire, c'est un signe du bon fonctionnement d'une démocratie moderne», estime Jacques Chirac.

«Avoir sa marionnette confère un statut. Pour un homme politique, c'est une forme de reconnaissance», note de son côté Jean-Louis Missika, sociologue et expert des médias.

Les créateurs des Guignols revendiquent un humour cruel et se défendent de toute sympathie pour leurs personnages et, plus encore, de toute institutionnalisation. Depuis 20 ans, le principe demeure inchangé: «essayer de montrer ce que les autres veulent cacher, en grossissant le trait évidemment», déclare à l'AFP Yves Le Rolland, producteur artistique de l'émission depuis 1995.

Montrer

«&Dénoncer& n'est pas un terme que j'apprécie, mais on montre juste qu'il peut y avoir un autre point de vue», ajoute-t-il. Les Guignols «sont un complément d'information, un exutoire. C'est un principe qui date de plusieurs siècles: se moquer des puissants fait du bien à tout le monde», précise le producteur artistique.

L'émission est diffusée à 20h00 chaque soir, en même temps, que les journaux télévisés des grandes chaînes, TF1 et France 2. Une équipe d'immitateurs se charge des voix, tandis que des marionnettistes, deux par personnage, s'activent pour leur donner vie.

Formidables

Certains grands de ce monde sont plus faciles à caricaturer que d'autres: «on avait un client formidable avec George W. Bush», regrette Yves Le Rolland. «Avec Obama, tout va bien, tout baigne, c'est la maison de Mickey. Et c'est comme cela qu'on représente actuellement la Maison Blanche».

Nicolas Sarkozy est «formidable car c'est une personnalité très extravertie. Mais il est difficile à traiter car justement, on le voit partout et tout le temps», note-t-il.

Ben Laden

Partis avec 20 marionnettes, les Guignols se sont depuis longtemps ouverts aux personnalités étrangères, qu'il s'agisse des présidents américains, du prince Charles, ou même d'Oussama Ben Laden. Son personnage est apparu après le 11 septembre 2001. «Nous étions les seuls à nous moquer de lui», remarque Yves Le Rolland.

Les Guignols fêteront leurs 20 ans lundi par une émission spéciale. La marionnette chef d'orchestre sera comme toujours «PPD», caricature de l'ex-présentateur vedette Patrick Poivre d'Arvor, surnommé PPDA. Débarqué de TF1 l'été dernier, sa marionnette, elle, a survécu.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!