Russie: 2000 personnes contre le racisme à Moscou
Actualisé

Russie2000 personnes contre le racisme à Moscou

Plus de 2000 personnes ont manifesté dimanche pour protester contre les violences racistes qui ont secoué la capitale depuis la mort d'un supporteur de football dans une rixe avec des Caucasiens.

«La Russie sans fascisme», pouvait-on lire sur des pancartes brandies par les manifestants.

«La Russie sans fascisme», pouvait-on lire sur des pancartes brandies par les manifestants.

Les manifestants ont scandé «la Russie à tous» en brandissant des affiches disant «la Russie sans fascisme» au cours d'un rassemblement autorisé place Pouchkine, en plein centre de la capitale.

Le gouverneur de la région de Kirov, Nikita Belykh, l'opposant Vladimir Ryjkov ainsi que plusieurs acteurs, musiciens et journalistes connus ont pris part à la manifestation organisée à l'appel de l'écrivain Viktor Chenderovitch pour dénoncer «la xénophobie».

Le racisme et la xénophobie gagnent du terrain en Russie depuis la chute de l'URSS, alors que des centaines de milliers de personnes originaires du Caucase russe et d'Asie centrale vivent et travaillent dans les grandes villes russes pour échapper à la misère dans leur région d'origine.

Le 11 décembre, une manifestation devant le Kremlin a dégénéré en affrontements entre d'une part des policiers et d'autre part des milliers de militants d'extrême droite et de fans de football venus réclamer justice pour l'un des leurs, tué dans une rixe avec des Caucasiens.

Ces événements ont suscité une vague de violences xénophobes. Le 12 décembre, un ressortissant du Kirghizstan, ex-république soviétique d'Asie centrale, a été tué à Moscou d'un coup de couteau par trois jeunes agresseurs, dont deux garçons de 14 et 15 ans.

Dans la semaine qui a suivi, un Ouzbek de 22 ans est mort poignardé à Moscou et un Vietnamien a été violemment agressé et hospitalisé avec un traumatisme crânien. (afp)

Ton opinion