Actualisé 23.03.2016 à 14:58

Credit Suisse2000 postes de plus passent à la trappe

Affrontant des conditions de marché difficiles depuis l'automne passé, Credit Suisse accélère sa restructuration.

Le directeur de Credit Suisse, Tidjane Thiam.

Le directeur de Credit Suisse, Tidjane Thiam.

photo: Keystone

Visant désormais des réductions de coûts de 4,5 milliards de francs d'ici deux ans, le numéro deux bancaire helvétique biffe 2000 emplois supplémentaires dans son unité de banque d'affaires.

Au total, soit avec la réduction d'effectif annoncée l'automne dernier et encore confirmée le 4 février lors de la présentation des résultats annuels - qui touche elle 4000 postes - Credit Suisse supprimera cette année quelque 6000 emplois - précise mercredi l'établissement zurichois. La nouvelle coupe concerne essentiellement l'unité de banque d'affaires Global Markets.

Suisse pas impactée

La restructuration ne devrait pas avoir d'effet sur les effectifs en Suisse, celle-ci affectant principalement New York et Londres, a indiqué en conférence téléphonique le directeur général de l'établissement, Tidjane Thiam. Pour l'heure, Credit Suisse a supprimé 2800 emplois dans le cadre du réalignement de ses activités présenté en octobre 2015, et cela dans toutes ses divisions.

Pour mémoire, Credit Suisse entend se concentrer en priorité sur la gestion de fortune, en particulier en Suisse ainsi que dans la région Asie-Pacifique. En revanche, l'institut de la Paradeplatz veut limiter son rayon d'action dans la banque d'affaires, dont les affaires sont réunies dans les divisions Global Markets et Investment Banking and Capital Markets (IBCM).

800 millions d'économies supplémentaires

Les nouvelles mesures permettront de réaliser des économies supplémentaires de 800 millions de francs, portant l'objectif visé en la matière d'ici 2018 de 3,5 à 4,3 milliards de francs. Cette année, cette somme devrait déjà atteindre 1,7 milliard.

Au final, la base de coûts de Credit Suisse devrait être ramenée au-dessous de 18 milliards de francs d'ici deux ans. A fin 2016, celle-ci est attendue à 19,8 milliards, contre 21,2 milliards à l'issue de l'exercice 2015.

Dans l'oeil du cyclone, Global Markets a tout particulièrement souffert en ce début d'année de conditions de marché exigeantes. Dans un contexte de forte volatilité, l'activité client s'est réduite à un niveau historiquement bas. Les revenus de Global Markets ont ainsi chuté de plus de 40% en un an.

Conséquence de nouvelles dépréciations d'actifs se montant en date du 11 mars à 364 millions de dollars, consécutives à celles de 633 millions passées au 4e trimestre, l'unité bouclera le 1er trimestre dans le rouge. La perte devrait cependant se révéler inférieure à celle essuyée au 4e trimestre.

Premier trimestre dans le rouge

Credit Suisse bouclera le trimestre qui s'achèvera à fin mars sur une lègère perte, a concédé Tidjane Thiam. La banque avait déjà achevé les trois premiers mois de 2015 dans le rouge, à hauteur de 5,8 milliards de francs.

Face à une performance décevante, Credit Suisse doit prendre des mesures immédiates, a expliqué Tidjane Thiam. Global Markets, qui se concentrera encore plus sur le négoce d'actions, va se retirer des affaires de crédits en souffrance, du négoce de produits titrisés européens et de financements illiquides à long terme, notamment.

Réalignée, la division Global Markets affichera un appétit en capitaux réduit et pourra accroître sa rentabilité. Les mesures supplémentaires touchant Global Markets entraîneront le transfert de 10 milliards d'actifs pondérés des risques dans la division des activités abandonnées Strategic Resolution Unit.

Credit Suisse entend réduire de manière accrue l'exposition aux risques de son unité Global Markets. D'ici fin 2016, les actifs pondérés des risques (RWA) seront ramenés à 60 milliards de francs, contre un objectif de 83 à 85 milliards jusqu'alors.

Investisseurs satisfaits

Credit Suisse prévoit par ailleurs de liquider certaines activités et actifs pour au moins 1 milliard de francs. En ciblant aussi de manière encore plus précise ses investissements, l'établissement veut renforcer sa base de capitaux. L'entrée en Bourse des affaires suisses, Swiss Universal Bank, opération prévue pour le 2e semestre 2017 devrait également y contribuer.

Visiblement rassurés, les investisseurs ont eux salué les mesures. Vers 13h40 à la Bourse suisse, le titre du numéro deux bancaire helvétique bondissait de 2,44% par rapport à la clôture de la veille à 14,67 francs, alors que l'indice Swiss Market Index (SMI) des valeurs vedettes gagnait dans le même temps 0,68%.

L'action s'envole

Les mesures d'économies supplémentaires dévoilées par Credit Suisse ont visiblement rassuré les investisseurs. A l'ouverture de la séance de la Bourse suisse, le titre du numéro deux bancaire helvétique s'envolait de près de 3% par rapport à la clôture de la veille.

Après une dizaine de minutes d'échange, l'action Credit Suisse accélérait son rebond, gagnant 3,01% à 14,76 francs. Dans le même temps, l'indice Swiss Market Index (SMI) des 20 valeurs vedettes s'appréciait de 0,64% à quelque 7903 points.

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!