En 2006, l'année fut faste pour le tourisme… surtout online!
Publié

Voyage2006: une année faste pour le tourisme… surtout online!

À cette époque, le secteur s’est adapté au risque d’attentats. Toutefois, le défi environnemental n’est pas encore d’actualité.

par
Emmanuel Coissy
Deux ans après le tsunami, la Thaïlande séduit de nouveau les vacanciers suisses.

Deux ans après le tsunami, la Thaïlande séduit de nouveau les vacanciers suisses.

Pexels / A. Podvalny

2006, année de lancement de «20 minutes», a été faste pour l’industrie du voyage. Au niveau mondial, elle a généré 630 milliards de dollars de chiffre d’affaires, en hausse de 8,5% sur un an. Le secteur touristique suisse, lui aussi, a vécu, cette année-là, son meilleur exercice depuis l'an 2000.

La conjoncture a donc incité les Suisses à voyager, notamment en Asie où les infrastructures ont été remises à neuf, deux ans après le tsunami qui avait frappé les pays de l’océan Indien. La Thaïlande, par exemple, est de nouveau une destination prisée. Parmi les pays méditerranéens, la Grèce, l'Espagne et la Croatie constituent le trio préféré des vacanciers suisses.

Les îles grecques telles que Mykonos attirent les Suisses.

Les îles grecques telles que Mykonos attirent les Suisses.

Pexels / A. Pasaric

Période de transition

Sur le Net, les plateformes de réservation ont le vent en poupe. Les agences de voyage perdent des parts de marché et, pour survivre, doivent proposer des offres qui se distinguent. Cette année-là, plus d’un quart des Suisses ont retenu leurs vacances en ligne contre 17% en 2005. Aujour­d’hui en Europe, plus de 80% des réservations d’un hôtel sont faites via les agences ­online.

En Europe, la voiture-couchette a presque disparu, mais réapparaîtra quelques années plus tard.

En Europe, la voiture-couchette a presque disparu, mais réapparaîtra quelques années plus tard.

Österreichische Bundesbahnen

D’une crise à l’autre… Il y a 15 ans, le monde du voyage était déjà conditionné par les attentats du 11 septembre 2001 qui ont redéfini les mesures de sécurité aéroportuaires et aériennes. En 2020, la pandémie de Covid-19 l’a momentanément mis à l’arrêt.

Toutefois, depuis la fin des ­années 2010, c’est la question environnementale qui s’impose comme le défi majeur pour ce secteur. Le vol low cost a, certes, démocratisé un produit de luxe et stimulé la mo­bilité, mais il est désormais accusé d’être une source de pollution.

En Europe, le développement durable est soutenu par les autorités et une large partie de la population. La réintroduction des trains de nuit, notamment en Suisse, l’atteste.

Ton opinion

5 commentaires