Matériel de guerre – 2021: 3e «meilleur» cru de l’histoire des exportations suisses 

Publié

Matériel de guerre2021: 3e «meilleur» cru de l’histoire des exportations suisses 

Les livraisons en 2021 ont connu une baisse par rapport à l’année record 2020. Parmi les principaux destinataires, plusieurs États sont impliqués dans des conflits, comme les États-Unis ou l’Arabie Saoudite.

par
Yannick Weber
Les véhicules blindés sont la première catégorie d’exportation vers des pays tiers.

Les véhicules blindés sont la première catégorie d’exportation vers des pays tiers.

20min/Simon Glauser

Les exportations suisses de matériel de guerre se portent toujours bien. Malgré une baisse par rapport à l’année record 2020, elles se sont montées en 2021 à 742,8 millions de francs, en faisant la troisième année la plus forte après 2020 et 2011. Deux tiers du montant représentent des exportations vers l’Europe, avec notamment l’Allemagne comme premier client (123 millions), devant le Danemark (96 millions).

Blindés et munitions

Parmi les catégories de matériel, ce sont les véhicules blindés qui sortent en tête (40% du total), devant les munitions (25%) et le matériel de conduite de tir (12%), dont l’un des principaux clients est l’Arabie Saoudite. Parmi les grosses ventes, on peut noter la livraison de véhicules blindés pour un montant de 63,5 millions à destination du Botswana.

À noter que les exportations ne constituent pas seulement des livraisons à des armées d’autres états. Une partie non négligeable du total s’en va à destination d’entreprises, de distributeurs, d’armuriers ou de personnes privées.

Des pistolets à des privés

Par exemple, en ce qui concerne les armes légères de petit calibre (pistolets, fusils d’assaut, carabines, mitrailleuses, etc), les autorisations d’exportation délivrées par la Confédération sont surtout pour des livraisons à des entreprises commerciales aux États-Unis. 

C’est le Secrétariat d’État à l’économie (Seco) qui délivre (ou refuse) les autorisations d’exportations. Par exemple, en 2021, il a autorisé la livraison de 340 armes de la catégorie «Pistolets et revolvers» à des particuliers aux Émirats arabes unis, et une à un privé en Arabie Saoudite.

Assurer la transparence

Pour ces armes de petit calibre en général, ce sont, et de loin, les États-Unis qui sont les principaux importateurs. Trois demandes d’exportation ont par contre été refusées: des munitions au Bangladesh, des mitrailleurs avec silencieux en Inde et un fusil et un pistolet en Macédoine du Nord.

«En publiant chaque année un rapport sur le contrôle à l’exportation des armes légères et de petit calibre, la Suisse augmente la transparence dans ce domaine, se joignant aux efforts de la communauté internationale. L’an dernier, l’exportation de 47’282 armes légères et de petit calibre a été autorisée. Les principaux acheteurs à l’étranger sont des marchands d’armes et des entreprises industrielles», dit le Seco.

Antimilitaristes consternés

Ton opinion

59 commentaires