Affaire Montesinos: 23 millions de dollars toujours bloqués en Suisse
Actualisé

Affaire Montesinos23 millions de dollars toujours bloqués en Suisse

L'argent du Raspoutine péruvien, retenu depuis 2000, est encore en attente d'une décision judiciaire de Lima pour être transféré.

Quelque 23 millions de dollars (env. 21,3 millions de francs) concernant l'affaire Montesinos sont toujours bloqués en Suisse, dans l'attente d'un transfert au Pérou, a-t-on appris jeudi auprès du ministère suisse des Affaires étrangères. «Ces fonds sont toujours bloqués ici, car nous attendons une décision judiciaire de Lima pour leur transfert», a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère, confirmant une information en ce sens du quotidien zurichois Tages Anzeiger.

L'affaire Montesinos, du nom de l'ancien chef des services secrets péruviens Vladimiro Montesinos, a défrayé la chronique en Suisse au début des années 2000. En septembre 2000, la Suisse a bloqué les comptes de Vladimiro Montesinos, soupçonné de blanchiment d'argent sale. Les fonds bloqués s'élevaient à 114 millions de dollars. La Suisse a versé au Pérou quelque 90 millions de dollars, entre 2002 et 2006, après avoir reçu une demande d'entraide judiciaire.

«Le sujet a été discuté» au cours de la visite du ministre suisse des Affaires étrangères Didier Burkhalter, début avril à Lima, a ajouté le porte-parole. «L'affaire suit son cours, et semble arriver en fin de parcours», a-t-il ajouté.

Les procédures de restitution des fonds bloqués sont toujours longues, en raison de la multitude des recours possibles, tant en Suisse que dans les pays concernés. La restitution des fonds Marcos a ainsi duré 17 ans. Ces fonds, soit 684 millions de dollars, ont été bloqués en 1986 et rendus à Manille en 2003. Vladimiro Montesinos, ancienne éminence grise du président péruvien Alberto Fujimori, purge depuis 2010 une peine de 25 ans de prison. Alberto Fujimori a dirigé le Pérou de 1990 à 2000.

Montesinos a été notamment condamné pour violations des droits de l'homme, blanchiment d'argent et trafic d'armes au profit des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, guérilla). (afp)

Ton opinion