3.000 mineurs coincés sous terre en Afrique du Sud

Actualisé

3.000 mineurs coincés sous terre en Afrique du Sud

Environ 3.000 mineurs étaient coincés sous terre mercredi dans une mine d'or du nord-est de l'Afrique du Sud, près de Johannesburg, selon un porte-parole du syndicat national de la profession.

On ignorait à quelle profondeur ils se trouvaient.

La direction de la société exploitant la mine d'Elandsrand à Carletonville, Harmony Gold, n'était pas joignable dans l'immédiat. Johannesburg est la capitale économique et le centre de l'industrie aurifère en Afrique du Sud.

Les mineurs étaient descendus dans le puits lorsqu'une canalisation d'eau a rompu, causant probablement un effondrement souterrain, selon le porte-parole du Syndicat national des mineurs (National Union of Mineworkers, NUM), Lesiba Seshoka. On était sans nouvelles des ouvriers depuis 10h locales (09H00 GMT, 11h à Paris).

«C'est une situation terrible. La seule issue est bloquée, probablement par un éboulement», a-t-il dit à l'agence Associated Press, ajoutant que nombre de puits s'enfonçaient à 3.000 mètres ou plus dans les mines d'or sud-africaines. Le syndicat craignait que l'oxygène manque aux mineurs ensevelis.

Selon M. Seshoka, les dirigeants de la mine ont participé à une réunion avec des syndicalistes. D'après lui, les puits n'étaient pas correctement entretenus. «Nos gars disent qu'ils s'étaient inquiétés de la maintenance des puits auprès de l'encadrement mais que rien n'a été fait».

L'an dernier, 199 mineurs sont morts dans des accidents, des chutes de rochers pour la plupart, selon les chiffres publiés en septembre par le Conseil de sécurité et de santé des mines, qui dépend du gouvernement. (ap)

Ton opinion