Etats-Unis: 30 000 GI's supplémentaires seront envoyés en Afghanistan
Actualisé

Etats-Unis30 000 GI's supplémentaires seront envoyés en Afghanistan

Barack Obama a tranché. Le chef de la Maison Blanche a décidé d'envoyer en Afghanistan 30.000 soldats américains supplémentaires, qui seront déployés sur une période de six mois

Ceci pour lutter contre l'insurrection talibane et former les forces afghanes, a annoncé mardi un haut responsable de son administration. Et le président américain demande également à ses alliés de l'OTAN de fournir entre 5.000 et 10.000 hommes de plus.

Après de longues semaines de réflexion, Barack Obama devait présenter sa nouvelle stratégie afghane au peuple américain mardi soir lors d'un discours télévisé à l'Académie militaire de West Point (Etat de New York) prévu à 20h heure locale (mercredi à 1H GMT).

Avant ce qui pourrait être l'allocution la plus importante de la présidence de M. Obama, un responsable de son administration a annoncé sous couvert d'anonymat la décision du chef de la Maison Blanche d'envoyer 30.000 soldats américains supplémentaires suivant un calendrier de déploiement accéléré. Des renforts qui porteront à plus de 100.000 hommes l'été prochain le niveau des effectifs américains en Afghanistan.

Par ailleurs, M. Obama a demandé à ses alliés de l'OTAN de fournir entre 5.000 et 10.000 hommes supplémentaires à la force internationale stationnée en Afghanistan, ont précisé des responsables de l'Alliance atlantique. Washington a notamment demandé à la France de contribuer à ces renforts à hauteur de 1.500 soldats et instructeurs, a-t-on appris de même source.

Interrogé sur cette requête américaine, le député UMP Thierry Mariani, représentant spécial de la France pour l'Afghanistan et le Pakistan, a affirmé que «le nombre par pays n'est pas a priori déterminé». Et d'ajouter dans un entretien à France 24: «Je crois qu'il faut prendre quelques semaines pour réfléchir» avant de décider ce que sera la «forme de participation» de la France.

Les nouvelles troupes américaines auront pour principale mission de faire reculer l'insurrection talibane et de protéger les populations dans les régions sud et est du pays, particulièrement instables. Les renforts américains, dont certains éléments devraient être sur place dès Noël, devraient apporter un soutien jugé nécessaire à ceux qui combattent les talibans dans la province de Helmand (sud).

Lors de son discours, M. Obama devait préciser que les forces américaines commenceront à quitter l'Afghanistan «bien avant» la fin de 2012, soit avant la fin de son mandat, a déclaré à l'Associated Press un haut responsable américain s'exprimant sous le couvert de l'anonymat. Un autre responsable a indiqué que le retrait débuterait en juillet 2011.

De son côté, le porte-parole de la Maison Blanche Robert Gibbs a précisé à la chaîne de télévision ABC que M. Obama évoquerait un scénario de désengagement américain de l'Afghanistan. «Nous voulons aussi vite que possible transmettre la sécurité du peuple afghan» aux forces afghanes, a-t-il expliqué mardi. L'engagement américain ne peut être «illimité».

M. Obama devait exposer sa stratégie afghane à plusieurs dizaines de parlementaires américains de premier plan mardi après-midi avant de gagner West Point. En début de journée, il s'est entretenu pendant une heure avec son homologue afghan Hamid Karzaï par vidéo-conférence, et devait ensuite prendre contact avec le président pakistanais Asif Ali Zardari.

Hamid Karzaï et Barack Obama ont discuté en détail des aspects sécuritaire, politique, militaire et économique de la nouvelle politique afghane de la Maison Blanche, selon les services du président afghan.

Avant son discours de mardi, M. Obama a passé beaucoup de temps au téléphone pour présenter sa stratégie aux dirigeants de nombreux pays: France, Grande-Bretagne, Allemagne, Russie, Chine, Inde, Danemark ou encore Pologne.

Il a également rencontré lundi à la Maison Blanche le Premier ministre australien Kevin Rudd, qui a assuré que son pays soutiendrait les Etats-Unis «dans la durée» en Afghanistan. De son côté, le Premier ministre britannique Gordon Brown a annoncé lundi l'envoi prochain de 500 soldats supplémentaires dans le sud de l'Afghanistan.

La chancelière Angela Merkel a en revanche déclaré mardi que l'Allemagne -qui compte environ 4.000 hommes dans le pays- n'était pas prête à envoyer des soldats supplémentaires pour le moment.

Le niveau des forces internationales en Afghanistan s'élève actuellement à 71.000 soldats américains, à quoi il faut ajouter 36.000 militaires de pays alliés, membres ou non de l'OTAN. Barack Obama a déjà envoyé 21.000 soldats américains supplémentaires en Afghanistan depuis sa prise de fonction en janvier. (ap)

L'OTAN s'attend à de nouveaux envois

Le secrétaire général de l'OTAN a déclaré mercredi s'attendre à ce que les alliés fournissent au moins 5000 soldats supplémentaires en Afghanistan. Il s'exprimait juste après l'annonce par Barack Obama de l'envoi de 30'000 militaires américains en renforts.

«Il y a 43 pays sur le terrain sous commandement de l'OTAN, et j'ai bon espoir que d'autres alliés et partenaires (outre les Etats- Unis) consentent à une forte augmentation de leur contribution», a dit Anders Fogh Rasmussen dans une déclaration télévisée peu après le discours du président américain à la nation.

«J'attends au moins 5000 soldats supplémentaires des autres pays de notre alliance et peut-être même quelques milliers de plus», a-t- il ajouté. /ats

Ton opinion