Actualisé 28.04.2020 à 16:55
Une guerre légale et médiatique oppose Credit Suisse et ces militants climatiques.

Une guerre légale et médiatique oppose Credit Suisse et ces militants climatiques.

rmf

Climat

30 sites web braqués sur Credit Suisse

Après une fausse partie de tennis et une tempête de tweets, les militants ont inventé un nouveau moyen d’irriter la banque qui demandait la disparition d’une plateforme qu’elle estimait diffamatoire.

de
Pauline Rumpf

Credit Suisse pourrait bien regretter d’avoir tenté de faire fermer un site militant écolo. La plateforme DiscreditSuisse.ch, peu connue à ce jour, regroupe des données sur les investissements fossiles de la banque. Cette dernière a exigé sa fermeture. En réponse, le collectif a créé trente versions du site, chacune achetée par des personnalités, dont des humoristes comme Blaise Bersinger et Thomas Wiesel, des scientifiques comme Jacques Dubochet ou Martine Rebetez, ou encore des politiques comme le conseiller national Christophe Clivaz. Objectif: multiplier les cibles d’une éventuelle action légale pour décourager Credit Suisse de la lancer. Quelque 400 privés ont suivi en proposant eux aussi d’acheter un nom de domaine si les premiers étaient retirés. Pour mémoire, le collectif est lié à la fausse partie de tennis chez Credit Suisse, sponsor officiel de Roger Federer.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
66 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Hugo

02.05.2020 à 22:52

Très belle initiative. Heureusement qu il y a des personnes qui pensent au bien être de tous. Basta aux égoïstes de tous poils de 20 Minutes

A boycotter

30.04.2020 à 17:46

Enfin de la bonne réaction contre cette banque hautaine qui traite sa clientèle tout du moins une bonne partie comme des bons payeurs et qui doivent se taire

Moro

30.04.2020 à 11:50

C'est original et de bonne guerre. Après si cela dérange tant CS ou d'autres banques, ils peuvent éventuellement envisager de revoir leur stratégie de dévelopement.