Expulsion de diplomates: 300 diplomates expulsés de part et d'autre
Actualisé

Expulsion de diplomates300 diplomates expulsés de part et d'autre

La Russie expulsera 300 diplomates, un nombre équivalant au renvoi de diplomates russes.

1 / 59
Selon une enquête indépendante, un haut gradé des services de renseignement militaires russes aurait empoisonné l'ancien espion russe Sergueï Skripal depuis Londres. (Samedi 29 juin 2019)

Selon une enquête indépendante, un haut gradé des services de renseignement militaires russes aurait empoisonné l'ancien espion russe Sergueï Skripal depuis Londres. (Samedi 29 juin 2019)

AFP
L'ancienne maison de Sergueï Skripal, à Salisbury, en cours de décontamination. La Grande-Bretagne a refusé l'accès diplomatique à l'ancien espion à la Russie. (Mardi 5 mars 2019)

L'ancienne maison de Sergueï Skripal, à Salisbury, en cours de décontamination. La Grande-Bretagne a refusé l'accès diplomatique à l'ancien espion à la Russie. (Mardi 5 mars 2019)

AFP
L'Union européenne a sanctionné lundi le chef du renseignement militaire russe (GRU), son adjoint et deux agents, jugés responsables de l'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripa, en gelant leurs avoirs. (Lundi 21 janvier 2019)

L'Union européenne a sanctionné lundi le chef du renseignement militaire russe (GRU), son adjoint et deux agents, jugés responsables de l'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripa, en gelant leurs avoirs. (Lundi 21 janvier 2019)

AFP

L'expulsion d'environ 300 diplomates de part et d'autre a été annoncée dans le sillage de l'empoisonnement en Angleterre de l'ex-espion russe Sergueï Skripal.

Le 14 mars, la Grande-Bretagne a fait savoir qu'elle procéderait à l'expulsion de 23 diplomates russes. Elle a été suivie, à la fin du mois, par nombre d'autres pays occidentaux, l'Ukraine et l'Otan. Au total, plus de 150 membres des représentations diplomatiques russes sont concernés. En représailles, Moscou a pris des mesures similaires.

La plus importante expulsion de l'histoire

Dans le détail, soixante «espions» russes vont devoir quitter le territoire américain, a annoncé la Maison Blanche. Il s'agit, selon un haut responsable américain, de «la plus importante expulsion» d'agents de renseignement russes de l'histoire des Etats-Unis.

Un haut responsable de l'administration américaine a précisé que 48 «agents de renseignement connus» dans diverses missions aux Etats-Unis et 12 membres de la mission russe de l'ONU étaient concernés.

Le consulat russe de Seattle sur la côte ouest des Etats-Unis va être fermé, Washington mettant en avant la proximité d'une base de sous-marins et d'une grande partie des installations industrielles de Boeing.

Après l'annonce, en rétorsion, par la Russie de l'expulsion de 60 diplomates américains, les Etats-Unis ont fait savoir qu'ils se réservaient «le droit d'y répondre» en examinant les différentes «options».

L'Union européenne imite le Royaume-Uni

Au total, dix-huit pays de l'Union européenne ont emboîté le pas à Londres, ordonnant l'expulsion de plus de trente diplomates russes qui s'ajoutent aux 23 qui ont subi le même sort en Grande-Bretagne.

Ces expulsions en cascade ont été annoncées par l'Allemagne (quatre expulsions), la France (quatre), la Pologne (quatre), la Lituanie (trois), la République tchèque (trois), l'Espagne (deux), l'Italie (deux), les Pays-Bas (deux), le Danemark (deux), la Suède (un), la Lettonie (un), la Roumanie (un), la Croatie (un), la Finlande (un), l'Estonie (un), la Hongrie (un), l'Irlande (un), la Belgique (un). Le président du Conseil européen Donald Tusk a souligné que «des mesures supplémentaires, incluant de nouvelles expulsions, n'étaient pas exclues dans les prochains jours et semaines».

Accréditations russes retirées à l'Otan

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a fait savoir que l'Alliance, dont le siège est à Bruxelles, allait retirer l'accréditation de sept diplomates russes et rejeter trois nouvelles demandes d'accréditation. Les sept ressortissants russes vont être expulsés de Belgique, a précisé à l'AFP une source proche du dossier.

Esprit de solidarité

L'Ukraine a annoncé l'expulsion de 13 diplomates russes «dans un esprit de solidarité avec nos partenaires britanniques et nos alliés transatlantiques et en coordination avec les pays de l'UE». Le Canada a décidé d'expulser quatre diplomates. Le gouvernement canadien a également dit avoir rejeté trois demandes de personnel diplomatique supplémentaires présentées par le gouvernement russe.

L'Australie a ordonné l'expulsion de deux diplomates russes. La Norvège, le Monténégro et la Macédoine ont annoncé chacune l'expulsion d'un diplomate russe, l'Albanie de deux, et la Moldavie de trois. Par ailleurs, la Slovaquie, la Bulgarie, le Portugal, le Luxembourg et Malte ont rappelé leur ambassadeur pour consultations mais n'ont pas expulsé de diplomates russes.

Fermeture du consulat américain

Après avoir déjà ordonné le 17 mars l'expulsion de 23 Britanniques, la fermeture du consulat du Royaume-Uni à Saint-Pétersbourg et l'arrêt des activités du British Council, Moscou a annoncé samedi que Londres devrait réduire son personnel diplomatique en Russie de plus de 50 personnes «en excédent».

La Russie a en outre annoncé jeudi qu'elle allait expulser 60 diplomates américains et fermer le consulat des Etats-Unis à Saint-Pétersbourg. Un nombre presque égal, au total, d'Européens, de Canadiens et d'Australiens vont connaître le même sort, a fait savoir vendredi Moscou.

Des Européens et des Ukrainiens

Concernant l'Union européenne, il s'agit de quatre Allemands, quatre Français, quatre Polonais, trois Tchèques, trois Lituaniens, deux Italiens, deux Espagnols, deux Danois, un Néerlandais, un Estonien, un Letton, un Finlandais, un Suédois, un Roumain, un Croate, un Irlandais. Hors UE, 13 Ukrainiens et trois Moldaves seront également expulsés. Deux Albanais et un Norvégien ont connu le même sort et un Macédonien devrait suivre. Quatre Canadiens et deux Australiens doivent aussi partir de Russie.

L'ambassade de Russie au Royaume-Uni communique sur l'affaire Skripal via son compte Twitter dans une opération de transparence avec la presse britannique. Elle poste aussi des tweets rappelant l'action bénéfique des Russes, notamment en Syrie.

(nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion