Hooligans: 300 policiers pour une unité spéciale
Actualisé

Hooligans300 policiers pour une unité spéciale

Mauvaise nouvelle pour les casseurs de tous bords: les polices cantonales exigent la création d'une unité spéciale dotée de 300 policiers.

par
rga
La nouvelle unité spéciale des polices cantonales suisses serait spécialement équipée et entraînée pour lutter contre les hooligans et extrémistes.

La nouvelle unité spéciale des polices cantonales suisses serait spécialement équipée et entraînée pour lutter contre les hooligans et extrémistes.

La Conférence des commandants des polices cantonales de Suisse (CCPCS) exige la création d'une unité de police d'au moins 300 hommes, spécialement entraînée et équipée, pour lutter contre le hooliganisme et les agissements d'extrémistes de droite et de gauche, selon le «SonntagsBlick». Au départ, le rapport interne des policiers, intitulé «Lücke », ou «Lacune », prévoyait une force de 800 policiers.

Missions de ce corps de police «volant» sur toute l'étendue du territoire national: veiller au maintien de l'ordre lors de manifestations sportives et politiques «à risques». Il s'agirait d'une sorte d'unité spéciale anti-hooligans comme l'Allemagne en possède déjà, mais pas d'une police fédérale à proprement parler, puisque ses membres continueraient à appartenir à un corps de police cantonal.

Cette proposition est actuellement entre les mains d'une commission de la Conférence cantonale des directeurs des départements de justice et police (CCDJP) qui serait sur le point de la valider la semaine prochaine, comme le confirme Roger Schneeberger, son secrétaire général.

La Suisse emploie actuellement 16'000 policiers. Selon Karin Keller-Suter, la cheffe PLR du Département de justice et police du Canton de Saint-Gall, ce contingent «ne permet nullement d'être à la hauteur des défis posés par l'augmentation du hooliganisme et des extrémismes politiques». Comme Karin Keller, Pius Segmüller, conseiller national PDC lucernois, estime que 300 nouveaux agents représentent la «limite inférieure de ce dont nous aurions vraiment besoin pour accomplir cette lourde tâche». «Il nous faudrait au moins 1500 policiers», estime-t-il.

Dans toute cette affaire, le financement de ce nouveau corps de police jouera un rôle central. Actuellement, la lutte contre les hooligans coûte près de 30 millions de francs chaque annéeà la charge de la Confédération et des cantons.

Ton opinion