Accusée de révisionnisme: 33 ans de prison requis contre une journaliste
Actualisé

Accusée de révisionnisme33 ans de prison requis contre une journaliste

Une rédactrice en chef risque plus de 33 ans d'emprisonnement, au Rwanda, pour avoir nié le génocide au Rwanda.

Une journaliste risque la prison pour révisionnisme. (Capture d'écran du site New Times)

Une journaliste risque la prison pour révisionnisme. (Capture d'écran du site New Times)

La justice rwandaise a requis 33 ans de prison à l'encontre de la rédactrice en chef d'un journal local indépendant, «Umurabyo».Elle est accusée d'avoir publié des articles incitant au «révisionnisme» et au «trouble à l'ordre public», a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

Agnès Uwimana Nkusi a comparu mercredi devant la Haute Cour de la République, ont rapporté Radio Rwanda (gouvernemental) et le «New Times», un quotidien progouvernemental.

Selon le représentant du procureur, Augustin Nkusi, le journal «Umurabyo» a nié le génocide, en affirmant dans ses articles que Hutu et Tutsi s'étaient tout simplement entredéchirés, a rapporté Radio Rwanda.

Agnès Uwimana est poursuivie de négation du génocide des Tutsi de 1994, idéologie du génocide et diffamation contre de hauts responsables du pays, dont le président Paul Kagame, toujours à travers des articles publiés l'année dernière.

Dans la même affaire, le ministère public a demandé 12 ans de réclusion contre une autre journaliste du même mensuel, Saidath Mukakibibi. Les deux femmes avaient été arrêtées en juillet 2010, et sont détenues depuis.

Avertie à plusieurs reprises

Le Haut conseil des médias (HCM), organe étatique de régulation de la presse, avait adressé plusieurs mises en garde à Mme Uwimana avant son arrestation.

La journaliste avait été déjà condamnée à un an de prison ferme par un tribunal rwandais notamment pour «sectarisme» et «diffamation». Elle avait repris la publication de son journal après avoir purgé la totalité de la peine début 2008.

La Haute Cour de la république doit rendre son verdict le 4 février. (ats/afp)

Ton opinion