Venezuela: 39 morts dans l'explosion d'une raffinerie
Actualisé

Venezuela39 morts dans l'explosion d'une raffinerie

Le bilan de l'explosion survenue samedi matin dans une raffinerie au Venezuela a été porté à 39 morts, ont annoncé les autorités, qui font état de dizaines de blessés. Le sinistre est dû à une fuite de gaz.

L'explosion a ravagé la raffinerie d'Amuay, située dans l'Etat de Falcon, dans le nord-ouest du Venezuela, et opérée par la compagnie pétrolière nationale PDVSA. Le président vénézuélien Hugo Chavez a décrété un deuil national de trois jours. Il a annoncé qu'il avait ordonné «une enquête en profondeur sur ces faits et sur leurs causes».

«A cette heure, le chiffre est de 39 compatriotes à la morgue: 18 sont des effectifs de la Garde nationale bolivarienne, 15 sont des civils, la plupart proches des gardes, et six dépouilles restent à identifier», a déclaré le vice-président Elias Jaua, actualisant un précédent bilan de 26 morts.

Un enfant de dix ans figure parmi les morts, a déclaré à la chaîne de télévision publique VTV Stella Lugo, gouverneur de l'Etat de Falcon. L'explosion s'est produite dans la nuit de vendredi à samedi à 01h11 et est due à une fuite de gaz. Elle a déclenché un incendie qui, sans être éteint, était «sous contrôle» samedi en milieu de matinée, a précisé Mme Lugo.

Un précédant bilan faisait état de 19 morts:

Parmi les blessés, 50 ont déjà pu quitter l'hôpital après avoir reçu des soins, quatre restaient hospitalisés dans un établissement proche et deux ont été transférés dans l'Etat voisin de Zulia, a ajouté M. Jaua. Il n'a pas précisé la gravité de leurs blessures.

L'explosion s'est produite dans la nuit de vendredi à samedi à 01h11 locales (07h41 suisses) et est due à une fuite de gaz. Elle a déclenché un incendie qui, sans être éteint, était «sous contrôle» samedi en milieu de matinée, a précisé Mme Lugo.

Onde de choc

L'onde de choc de l'explosion a surtout touché un ensemble de logements mis à disposition de la Garde nationale qui assure la sécurité de ce grand complexe de raffinerie, ainsi que «plusieurs quartiers proches», a expliqué le vice-président.

«Nous sommes informés que beaucoup de familles sont touchées, qu'elles ont quitté leurs maisons, évacués ou ayant pris elles-mêmes l'initiative de partir», a-t-il dit en annonçant un plan d'aide d'urgence pour ces populations.

Mme Lugo s'était rendue sur les lieux du sinistre dans la péninsule de Paraguana en compagnie du ministre du Pétrole et président de l'entreprise pétrolière d'Etat PDVSA, Rafael Ramirez. Le feu dégageait encore une épaisse fumée mais il n'y a pas de risque d'une nouvelle explosion, a-t-elle assuré.

En raison des conditions climatiques régnant sur la région, du gaz s'est accumulé dans la zone de stockage du complexe pétrolier, où l'explosion a mis le feu «à au moins deux réservoirs et à d'autres installations de la raffinerie», a précisé M. Ramirez. Une commission d'enquête sera créée pour déterminer l'origine du sinistre, selon lui.

Importantes réserves

Quelque 645'000 barils de brut par jour sont raffinés dans ce complexe dont la production couvre plus de 60% de la demande intérieure en combustibles, selon le site internet de PDVSA.

Le Venezuela est le cinquième exportateur de pétrole au monde. Il produit environ 3 millions de barils de brut par jour (mdb), selon les données officielles, tandis que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) évalue l'offre de brut du pays à quelque 2,3 mdb.

En 2011, l'Opep a certifié que le Venezuela détenait les plus importantes réserves pétrolières du monde, avec 296,5 milliards de barils, devant l'Arabie saoudite.

Agrandir le plan (ats/ap)

Ton opinion