Actualisé 24.02.2009 à 20:01

Ville de Genève

«400 infractions depuis le 1er février, c'est colossal!»

Dès lundi, l'affichage sauvage sera sévèrement puni. Les amendes pourront aller jusqu'à 60 000 francs.

de
Giancarlo Mariani

«Nous avons relevé plus de 400 infractions depuis le 1er février. C'est colossal», a dénoncé mardi Pierre Maudet. Dans le cadre de sa campagne «Un esprit neuf pour une ville nette», le conseiller administratif en charge de l'Environnement a souligné sa détermination à mettre de l'ordre dans l'affichage en général et le sauvage en particulier. «Un fléau source de sentiment d'impunité et d'insécurité», a-t-il rappelé.

Pour l'heure, les contrevenants ont été avertis par courrier. Mais dès le 1er mars, colleurs d'affiches, organisateurs de manifs et annonceurs seront passibles d'une amende de 100 fr. à 60 000 fr.. Une quinzaine d'employés du Service de la sécurité et de l'espace publics arpentent déjà la ville pour s'assurer de l'application d'une loi cantonale votée en mars 2007.

Pour ne plus être collées, les associations culturelles et sportives ayant peu de moyens peuvent désormais utiliser gratuitement 820 petits panneaux de format A2 et 23 de format F12 (268x128 cm). Les emplacements se situent sur des armoires électriques ou à l'arrêt du tram de Plainpalais. A cela s'ajoutent 820 panneaux sur des bennes à verre et à habits. «Ils seront gérés par Affichage Vert, avec qui nous avons un partenariat pour trois ans», a précisé Pierre Maudet qui n'exclut pas d'augmenter le nombre de panneaux si nécessaire.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!