Yémen: 400 insurgés prisonniers vont être libérés
Actualisé

Yémen400 insurgés prisonniers vont être libérés

Le gouvernement yéménite, qui tente d'instaurer un dialogue avec les formations de l'opposition, a décidé de libérer plus de 400 prisonniers.

Il s'agit principalement des membres de groupes rebelles du nord du pays, a annoncé un dirigeant de l'opposition samedi.

Une coalition de l'opposition et le Congrès général du peuple (CGP), parti au pouvoir, ont signé samedi un accord créant une instance qui aura pu mission d'abriter un débat national, rapporte la presse locale.

Le gouvernement tente de mettre fin d'une part au conflit avec les chiites dans la province de Saada, située dans le nord du pays, et d'autre part avec les rebelles sécessionistes dans le sud.

«Comme l'a demandé l'opposition afin de procéder à la signature de l'accord, le président Ali Abdoullah Saleh a publié une directive libérant 27 membres du mouvement du sud et 400 personnes liées au conflit qui se déroule à Saada», a déclaré un dirigeant de l'opposition s'exprimant sous le sceau de l'anonymat.

Mohammed Ghalib Ahmed, représentant de l'opposition socialiste, a annoncé que 28 activistes du sud ont été remis en liberté.

Pressions occidentales

Le Yémen doit faire face aux pressions des gouvernements occidentaux mais également de l'Arabie saoudite pour mettre un terme à ces conflits internes et pour lutter contre l'aile d'Al Qaïda qui a revendiqué la responsabilité de l'attentat manqué contre un avion de ligne assurant la liaison entre Amsterdam et Detroit le jour de Noël.

Les rebelles chiites dénoncent le refus du gouvernement d'appliquer une trêve conclue en février et qui prévoit la libération de tous les insurgés prisonniers.

Sur leur site internet, les rebelles accusent l'armée d'être responsable d'une embuscade qui a coûté la vie à trois de leurs membres vendredi.

(ats)

Ton opinion