400 km à pied pour pouvoir travailler
Actualisé

400 km à pied pour pouvoir travailler

Un Français de 54 ans, désespéré de ne pas trouver du travail à son âge après un an et demi de chômage, a parcouru 400 kilomètres à pied de son domicile en Moselle pour Paris.

Il espère être reçu au ministère de l'Emploi par le ministre Jean-Louis Borloo.

«Je pars à pied à Paris voir le ministre du Travail. J'ai 54 ans. Trop vieux pour travailler ? Stop à la discrimination», est-il écrit sur la charrette que tire Pierre Kany depuis le 5 mars sur la route de la capitale.

Alors qu'il ne lui reste que 45 kilomètres à parcourir, il affirme qu'un rendez-vous lui a enfin été promis au ministère. Il ne sait pas avec qui.

«Je fais cela par désespoir», dit l'ancien chauffeur-livreur au chômage depuis que l'entreprise qui l'employait en Allemagne a fermé. «Passé 45 ans, on est déjà inutile. Mais quand on a passé les 50, on devient carrément superflu», ajoute-t-il.

«Fatigué»

Ce père de trois enfants, dont deux sont encore à sa charge, touche 1152 euros (un peu plus de 1850 francs) d'indemnité-chômage.

«Pierrot» parcourt chaque jour entre 30 et 45 kilomètres et se dit «fatigué». Tout juste espère-t-il «être écouté» et «que ça aboutisse à quelque chose», «pour ne pas avoir marché en vain».

La France est à la traîne des pays européens pour l'activité des seniors. Le taux d'emploi des 55-64 ans était de 37,8 % en 2005 contre 42,5 % pour la moyenne UE. La France a lancé un plan en 2006 visant à améliorer l'emploi des seniors.

(ats)

Ton opinion