Brésil: 4000 évacuations après la rupture d'une digue
Actualisé

Brésil4000 évacuations après la rupture d'une digue

Quelque 4000 personnes ont été évacuées jeudi après la rupture d'une digue provoquée par les fortes pluies tombées dans le nord de l'Etat de Rio de Janeiro.

La rupture d'une digue a nécessité l'évacuation d'environ 4000 personnes.

La rupture d'une digue a nécessité l'évacuation d'environ 4000 personnes.

Les précipitations des derniers jours ont augmenté le débit de la rivière Muriaé et ont provoqué l'effondrement partiel d'une route surélevée qui servait de digue protégeant la ville de Campos do Goytacazes.

«Environ 1000 familles sont en train d'être évacuées et ont été hébergées à la caserne des pompiers et dans des abris municipaux», a dit à la presse le commandant des pompiers Joaquim Silva.

La montée des eaux a détruit une partie de la digue, ouvrant une brèche de près de 20 mètres à travers laquelle se sont déversées les eaux de la rivière qui menacent d'inonder dans les prochaines heures la région semi-rurale de Tres Vendas.

«Toute la municipalité a été mobilisée» pour aider la population, a souligné le commandant Silva.

Les habitants ont été prévenus à temps et beaucoup ont réussi à emporter quelques effets.

«Nous ne pouvons pas rester ici en ce mois de tempête et de pluie», a déclaré une habitante, Ana Freitas, à la chaîne de télévision Globo.

Des images aériennes diffusées par la télévision ont montré la lente progression de l'inondation et l'exode des personnes fuyant le danger.

Montée de quatre mètres

Les autorités ont calculé que le niveau des eaux était monté de près de quatre mètres.

«Des maisons, on ne voit plus que les toits», a dit à la presse locale le secrétaire à la Défense civile de Campos, Henrique Oliveira.

Le Brésil est touché par de fortes pluies - habituelles pendant la saison en cours de l'été austral - qui ont fait au moins huit morts et conduit à l'évacuation de 15'000 personnes dans les Etats de Rio et de Minas Gerais (sud-est).

Il y a un an, des inondations et glissements de terrain avaient fait 1000 morts et disparus dans la montagne, près de Rio de Janeiro. (afp)

Ton opinion