Fusillade à Lucens: 5 et 9 ans requis contre deux prévenus
Actualisé

Fusillade à Lucens5 et 9 ans requis contre deux prévenus

Le Ministère public a requis lundi 5 et 9 ans de prison requis contre les frères tireurs, impliqués dans la fusillade survenue dans le village de Lucens (VD) en novembre 2011.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye

Le Ministère public a requis lundi une peine contre les deux frères kosovars accusés d'avoir tiré sur un trio originaire des Balkans.

Pas OK Corral

Dans un long réquisitoire, le procureur Donovan Tesaury n'a pas été tendre, lundi au Tribunal d'Yverdon, avec les cinq Kosovars impliqués dans un règlement de comptes ayant eu lieu à Lucens (VD) en 2011. «Dans cette affaire, il n'y a pas de victimes. On a affaire à de petits trafiquants, de petits usuriers, des délinquants qui ont presque tous déjà été condamnés. Tous les ingrédients étaient réunis pour un règlement de comptes, pas à OK Corral, mais à Lucens.»

Selon le Ministère public, les deux frères résidant à Lucens ont fait usage d'armes à feu. Il se dit convaincu, qu'en dépit de ses dénégations, le plus jeune des deux frères est bel et bien le second tireur lors des hostilités entre deux groupes kosovars. Il en veut pour preuve les données techniques fournies par la police et qui attestent que B.B a eu un contact avec un objet métallique, le 31 octobre 2011.

Ce jour-là, un groupe de trois kosovars s'est rendu au domicile des frères B., qui venaient de tabasser un Balkanique à cause d'une dette impayée.

«Agresseurs agressés»

L'expédition punitive du trio fera sortir les frères B. de leurs gonds. Munis d'armes de poing et d'un pistolet Beretta, ils ont poursuivi leurs assaillants en tirant en pleine rue. Un membre du trio a reçu une balle qui a failli être mortelle au mamelon gauche.

Le Parquet a requis 9 ans de prison contre F. B., accusé d'être l'auteur du tir qui a failli être fatal, et 5 ans de prison contre le frère cadet de ce dernier. Il a aussi demandé une peine de 180 jours-amende à 40 francs, 22 mois et douze mois de prison pour le trio «d'agresseurs agressés». L'audience reprend à 14 heures, avec les plaidoiries des quatre avocats des cinq prévenus.

Ton opinion