Actualisé 29.05.2020 à 08:35

FINI LES PRÉJUGÉS

5 questions sur la mobilité électrique

Les voitures et vélos électriques suscitent toujours de vives discussions. Cinq aspects essentiels de l'électromobilité sont analysés ici en détail.

de
Stephanie Sigrist

Un engouement publicitaire démesuré, une production néfaste pour l'environnement, une faible autonomie, un nombre insuffisant de stations de recharge et la paresse des utilisateurs de vélos électriques: nombreux sont les préjugés concernant les véhicules électriques. Voici les résultats à cinq questions posées lors d’une étude.

Fin 2019, le nombre de véhicules électriques immatriculés en Suisse s’élevait à 28’716.

Fin 2019, le nombre de véhicules électriques immatriculés en Suisse s’élevait à 28’716.

LAB

Existe-t-il un effet de mode de courte durée pour les véhicules électriques?

Les détracteurs prétendent souvent que les voitures électriques ne l'emporteront pas. Cependant, le nombre de véhicules électriques ne cesse d'augmenter sur les routes suisses. Selon l'Office fédéral de la statistique, 28'716 voitures purement électriques ont été immatriculées en Suisse en 2019. Dans le canton de Zoug, la barre des 1% a été dépassée ; la part des voitures électriques parmi l'ensemble des véhicules de tourisme vendus était de 1,4% en fin d'année dernière. Dans le canton de Zurich, le quota de voitures électriques en 2019 était de 0,9% et la barre des 1% devrait être franchie cette année. En Europe, la Norvège a de loin la plus grande part de marché concernant les voitures électriques, car elles sont massivement promues dans ce pays scandinave par le biais de rabais et de subventions croisées.

Qu'en est-il du bilan écologique des voitures électriques ?

Les voitures électriques n'émettent pas d'émissions de CO2 pendant la conduite, mais l'énergie nécessaire à leur fabrication est plus élevée. Les voitures contiennent de grandes quantités d'énergie grise. Il s’agit de l'énergie nécessaire pour construire, transporter et vendre le véhicule. Pour les voitures électriques, y compris la batterie, la production est dans la plupart des cas plus complexe que pour une voiture avec un moteur à combustion. Cela s'explique en partie par le fait que les fabricants ont tendance à utiliser de l'aluminium léger. L'acier est généralement utilisé pour les voitures équipées de moteurs à combustion. La production d'aluminium pollue davantage l'environnement que celle de l'acier. En outre, les véhicules électriques d'aujourd'hui sont souvent équipés de batteries au lithium-ion. Lors de l'extraction des matières premières servant à la batterie, des substances toxiques sont parfois ajoutées et libérées, ce qui a un effet négatif sur le bilan écologique des batteries.

Cependant, les moteurs à combustion des voitures sont très inefficients, le rendement moyen se situant actuellement entre 20 et 25 %. Les moteurs électriques en revanche ont un rendement de 90 % et plus. Une voiture électrique a donc besoin de beaucoup moins d'énergie pour parcourir la même distance qu'une voiture à moteur diesel ou à essence. L'institut de recherche en énergie et en environnement de Heidelberg a testé le kilométrage total au-dessus duquel la voiture électrique émet moins de CO2 qu'un moteur à combustion. Selon l'étude, un véhicule électrique dépasse un moteur à essence après plus de 60’000 kilomètres, tandis qu'un véhicule diesel après 80’000 km. Pour l'étude de l'Agora Verkehrswende, les valeurs d'émission pour l'Allemagne ont été prises en compte. En Suisse, les voitures électriques devraient être beaucoup plus performantes car le mix électrique suisse est beaucoup plus propre.

L'autonomie des voitures électriques est-elle suffisante pour la vie de tous les jours ?

Le nombre de kilomètres pouvant être parcourus par une voiture électrique avec une seule recharge de batterie est très variable. Les modèles Tesla de la série S par exemple, ont une autonomie allant jusqu'à 600 kilomètres, tandis que les modèles moins coûteux de Volvo, Kia et Hyundai peuvent parcourir des distances entre 350 et 400 kilomètres avec une seule recharge de batterie. Cela permettrait de traverser la Suisse à son point le plus large sans avoir à s'arrêter à une station de recharge. Pour la vie de tous les jours en Suisse, l'autonomie des voitures électriques moins coûteuses est suffisante ; seuls les voyages pour les vacances nécessitent une planification plus minutieuse qu’avec un véhicule à moteur à combustion. Cet inconvénient sera toutefois progressivement amoindri en rendant le réseau de stations de recharge plus dense et plus facilement accessible.

Les distances indiquées ici sont les spécifications du fabricant obtenues dans des conditions de laboratoire. Le Touring Club Suisse (TCS) a testé des voitures électriques en conditions réelles. Pour cela, le chargement des véhicules était basé sur un voyage de loisirs : en plus du conducteur, il y avait le poids d'un passager (75 kg), de deux enfants (2 fois 30 kg) et des bagages (20 kg). Par ailleurs, la climatisation et le chauffage ont été réglés à la température moyenne de 22 °C. Le résultat du test TCS est le suivant : « Les voitures électriques modernes disposent désormais d’une autonomie acceptable, même dans des conditions exigeantes. Ceci a toutefois un coût. Les véhicules testés restent plus chers à l'achat que des voitures classiques comparables de la même catégorie. Une différence toutefois compensée pendant leur durée de vie par des coûts d’entretiens et d’exploitation moindres. »

Combien y a t-il de stations de recharge en Suisse ?

Non seulement l'autonomie des voitures électriques, mais aussi les infrastructures pour leur recharge s'améliorent constamment. Selon le portail statistique Statista, il y avait plus de 6’000 stations-service en Suisse en 2019 - soit plus de quatre fois plus qu'en 2014.

Les vélos électriques sont-ils réservés aux paresseux ?

Souvent, les vélos électriques ne remplacent pas le vélo normal, mais plutôt la voiture ou les transports publics. Selon Pro Velo, l'organisation faîtière des associations locales et régionales de cyclistes en Suisse, de nouveaux groupes d'utilisateurs reprennent le vélo grâce aux vélos électriques. Il s'agit notamment des séniors, des pendulaires qui parcourent de longues distances avec un dénivelé conséquent pour se rendre sur leur lieu de travail ou des familles qui possèdent des remorques à vélo.

#NOUSSOMMESLEFUTUR

#NOUSSOMMESLEFUTUR est une campagne nationale soutenue par SuisseEnergie et des entreprises de renom. Son objectif est d'encourager la population suisse à économiser de l'énergie dans la vie quotidienne et à s'intéresser activement aux thématiques énergétiques ainsi qu'à la protection du climat. En tant que partenaire média, 20 minutes soutient la campagne #NOUSSOMMESLEFUTUR avec des articles de fond, des reportages et des quiz.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!