RDC: 50.000 personnes sur les routes, expulsées de camps de déplacés
Actualisé

RDC50.000 personnes sur les routes, expulsées de camps de déplacés

Plusieurs camps de déplacés proches de la ville de Rutshuru, dans l'est de la République démocratique du Congo, ont été vidés de force par les rebelles, jetant sur les routes environ 50.000 personnes, a annoncé vendredi le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

«Plusieurs camps de personnes déplacées près de la ville de Rutshuru dans le Nord-Kivu, à 90 km au nord de Goma, ont été vidés par la force, pillés et brûlés», a déclaré devant la presse le porte-parole du HCR Ron Redmond. Selon le rapport «crédible et provenant de plusieurs sources humanitaires sur place», les exactions ont été commises «par les troupes rebelles», a-t-il précisé à l'AFP.«Nous sommes extrêmement préoccupés par le sort de quelques 50.000 personnes déplacées qui vivaient dans ces camps, dont les sites de Dumez, Nyongera et Kasasa, administrés par le HCR», a-t-il ajouté. Théâtre de combats ces dernières semaines, la région de Rutshuru, où le HCR dispose d'un bureau, est sous le contrôle des troupes rebelles.Le HCR avait annoncé mercredi qu'un autre camp de déplacé, celui de Kibati, situé à une dizaine de kilomètres de Goma, avait été abandonné par ses quelque 45.000 habitants qui ont fui l'avancée des forces rebelles sur la ville.Selon une équipe de l'ONU sur place, les personnes déplacées ont commencé à revenir dans le camp de Kibati, les équipes des Nations unies leur distribuant une assistance humanitaire.Depuis la recrudescence des combats en août, le HRC estime que 8.500 personnes se sont réfugiées en Ouganda, dont 2.500 ces trois derniers jours.Environ 600 réfugiés sont arrivés vendredi matin en Ouganda à travers le point de passage de Busanza, certains marchant plus de vingt heures depuis la région de Rugarama en RDC, selon le HCR.La plupart des réfugiés sont dispersés dans une douzaines de villages ougandais, logés chez des proches.Quelques 1.200 autres réfugiés ont fui vers le Rwanda, où ils ont été logés mardi dans une école à Gisenyi. Les jours suivants, certains ont été logés par des proches, d'autres sont retournés à Goma ou parti en Ouganda, selon le HCR.La situation à Goma vendredi matin a été qualifiée de «calme mais tendue» par le HCR. «Notre bureau est ouvert et notre personnel travaille, mais les restrictions de mouvement pour raison de sécurité demeurent strictes», a indiqué Ron Redmond. (afp)

Ton opinion