Ski nordique: 50 km: «Seul l'or pouvait être mon objectif»

Actualisé

Ski nordique50 km: «Seul l'or pouvait être mon objectif»

Le 50 km se refuse toujours à Dario Cologna. C'est le Norvégien Northug qui a remporté au sprint le 50 km messieurs, dernière épreuve des Mondiaux de Falun en Suède.

Pour Cologna, ces dix jours en Suède se terminent sur une grande déception.

Pour Cologna, ces dix jours en Suède se terminent sur une grande déception.

Au terme d'une intense et longue bataille tactique et physique, le Grison n'a pas eu les forces nécessaires pour émerger dans le final et a échoué au 6e rang aux Mondiaux de Falun. L'incroyable Petter Northug, surgi de loin comme d'habitude, a décroché son quatrième titre en dix jours.

Sous une neige qui tombait sans discontinuer, les favoris se sont longtemps observés, même si les Suédois emmenés par Johan Olsson, tenant du titre, et le vétéran Anders Södergren ont placé quelques banderilles. Cologna est resté bien au chaud la plupart du temps, autour de la 10e ou 15e place, donnant l'impression d'attendre son heure. Mais celle-ci n'est jamais venue.

Lors de l'ultime montée du Moerderbakken, le triple champion olympique n'a pas pu placer l'attaque attendue. Il a au contraire dû laisser passer le «train», emmené par l'inusable Lukas Bauer (37 ans), qui a tiré les marrons du feu. Le Tchèque a conquis la médaille d'argent, devant Olsson (3e), mais sans pouvoir résister au jaillissement du «diable» Northug dans la dernière ligne droite.

Pour Cologna, ces dix jours en Suède se terminent sur une grande déception. D'autant que le 50 km, la distance reine, était dans tous ses rêves, lui qui ne s'est jamais imposé dans cette discipline en neuf courses au plan international. Cette fois, pas question d'invoquer la malchance, pas de chute en guise d'explication. «Pendant près de 45 km, je n'avais pas de bonnes sensations», a-t-il expliqué. «Puis je me suis replacé, surtout en fait parce que les autres fatiguaient, mais il était impossible de s'échapper dans cette neige. Cela aurait coûté trop de forces.»

Dans la dernière descente avant l'entrée dans le stade, Cologna, peu à l'aise dans les virages, a définitivement perdu toute chance de se mêler à la lutte pour le podium. Il ralliait l'arrivée avec 9 secondes de retard sur Northug.

La question se pose: «Super Dario» s'est-il présenté au sommet de sa forme à ces Mondiaux? Son bilan - une médaille d'argent en skiathlon, cette 6e place, plus un 18e rang sur le 15 km et un 5e rang en relais - ne correspond pas aux standards d'un triple champion olympique et triple vainqueur de la Coupe du monde. Cette saison, force est de constater que le fondeur du Val Müstair n'a jamais vraiment «décollé», comme l'avait montré sa 5e place au Tour de ski.

«Fort mais pas irrésistible»

«Je ne suis pas mécontent de ma semaine, mais il est clair que seul l'or pouvait être mon objectif», a-t-il dit, avec de la déception dans la voix.

Chef du fond à Swiss-Ski, Hippolyt Kempf résumait ainsi la situation: «Dario était fort à Falun, mais pas irrésistible comme aux JO de Sotchi» (où il a remporté deux titres). Là-bas, il avait été capable de forcer la décision, pas cette fois. Il était aussi légèrement moins fort qu'à Val di Fiemme (aux Mondiaux 2013, où Cologna avait gagné le skiathlon). Pourquoi? Il faudra en discuter avec Dario.»

Petter Northug est la grande star de ces Championnats, avec ses quatre titres, dans des distances aussi dissemblables - quoique, en fond, les meilleurs sont souvent polvyalents - que le sprint, le sprint par équipes, le 4 x 10 km et le 50 km. Il décroche aussi sa quatrième couronne majeure sur la distance reine des 50 km (une aux JO en 2010 et trois aux Mondiaux entre 2009 et 2015). Au total, il a déjà amassé treize titres mondiaux... Dimanche, la façon dont il s'est faufilé entre Olsson et Bauer à 200 m de la ligne pour aller s'imposer démontre, outre ses formidables qualités physiques, toute la ruse et la lucidité du «Tigre de Mosvik».

Quant à Dario Cologna, bien que deuxième du général de la Coupe derrière Martin Johnsrud Sundby, il n'ira pas chercher activement le gros globe de cristal de la Coupe du monde. Il renoncera à disputer les sprints à venir à Lahti et Drammen, abandonnant pratiquement de facto tout espoir de s'imposer, même s'il s'alignera encore sur le 50 km de Holmenkollen dans quinze jours. Dans l'aire d'arrivée de Falun, le Grison donnait l'impression d'avoir déjà «zappé» cette saison. (si)

Ton opinion