France: 53 skieurs évacués par hélicoptère
Actualisé

France53 skieurs évacués par hélicoptère

Une panne persistante a contraint une station de ski proche de Grenoble (F) d'ordonner l'évacuation d'un télésiège par les airs. Une manœuvre qui reste rarissime, selon le directeur de TéléDiablerets.

par
phf/tpi

La journée de ski s'est terminée par un vol en hélicoptère pour 53 amateurs de glisse dans la station française de Gresse-en-Vercors (Isère). Le télésiège est tombé en panne vers 15h. Les skieurs sont restés bloqués 45 minutes, malgré plusieurs tentatives de faire redémarrer l'installation.

Il a fallu faire appel à deux hélicoptères de la gendarmerie pour évacuer les 53 occupants du télésiège. L'opération a duré une heure et demie. «Les températures relativement clémentes (2°C environ) et l'absence de vent» ont facilité l'intervention des secouristes qui s'est déroulée sans encombre, ont précisé les sauveteurs.

Les skieurs infortunés ont pris la situation avec philosophie: ils ont pu admirer la station du ciel, accrochés à un harnais: «C'était un beau cadeau de Nöel», s'est exclamé un jeune garçon sur RTL, tout fier d'avoir pu effectuer son premier vol en hélicoptère.

De retour sur le plancher des vaches, les skieurs ont été réconfortés par une collation et des boissons chaudes. Ils ont également reçu un bon pour une journée de ski, a précisé RTL.

«Un manœuvre rare»

«Ça fait 30 ans qu'on a pas eu d'évacuation de ce type aux Diablerets. C'est extrêmement rare», lâche Jean-Paul Jotterand. Le directeur des remontées mécaniques de la station des Alpes vaudoises est catégorique, ce type de manœuvre reste exceptionnel. En revanche, les procédures en cas de panne de télésiège sont clairement définies.

Chaque installation doit être équipée d'un moteur à essence externe, explique le directeur de TéléDiablerets. Ainsi, lorsque la panne est de type électrique, les équipes techniques tentent de redémarrer le télésiège pendant 15 minutes avant de mettre en marche le moteur thermique pour permettre aux skieurs bloqués de descendre. L'exploitation de la ligne est ensuite interrompue le temps de la réparation.

Evacuation par les airs privilégiée

En revanche, en cas de déraillement de câble, le moteur thermique n'est d'aucune aide. Et si des clients sont bloqués sur un télésiège au-delà de deux heures – au-delà de trois heures pour une télécabine –, la station a le devoir d'ordonner l'évacuation des skieurs, selon les directives de l'Office fédéral des transports, précise Jean-Paul Jotterand. Dès lors, deux options sont possibles.

Par beau temps, c'est l'intervention des hélicoptères qui sera privilégiée. Elle est plus rapide, et elle est prise en charge par l'assurance bris de machine et perte d'exploitation de la station. «On ne renonce pas à une évacuation par les airs pour des raisons de coûts», assure ainsi Jean-Paul Jotterand. Par contre, si le temps empêche les hélicoptères de voler, ce sont les sauveteurs de la station, spécialement formés, qui sont chargés d'évacuer les skieurs au moyen de cordes et de ceintures.

Dans tous les cas, tout est fait pour remettre en marche les installations le plus vite possible, car le manque à gagner peut très vite devenir important. Suivant la fréquentation et le type d'installation en panne, la perte peut s'élever à plusieurs dizaines de milliers de francs, conclut le directeur de TéléDiablerets.

Évacuation de skieurs sur le télésiège des Marmottes, dans la station française des Arcs, en janvier 2008. (Vidéo: Youtube)

(phf/tpi/afp)

Ton opinion