Elections vaudoises du 20 mars – 5G: «glouttonnerie technophile» ou «peurs infondées» des candidats
Publié

Élections vaudoises du 20 mars5G: «glouttonnerie technophile» ou «peurs infondées» des candidats

Premier épisode d’une série thématique sur les positions des candidats au Grand Conseil: les relations des prétendants avec les nouvelles technologies.

par
Yannick Weber
Écolos du centre et de gauche ne s’entendent pas concernant les nouvelles technologies.

Écolos du centre et de gauche ne s’entendent pas concernant les nouvelles technologies.

20min/Matthias Spicher

Notre dossier «Élections»

Les réponses des candidats au Grand Conseil au questionnaire du site Smartvote, qui permet aux électeurs de trouver de quels partis ou candidats ils sont les plus proches, montrent que les questions liées à la digitalisation sont clivantes. Les candidats ont dit s’ils soutiennent l’extension de la 5G ou non. Un constat: un grand écart apparaît entre les écolos de gauche et ceux du centre: alors que plus de 700 candidats avaient rempli le questionnaire au moment de notre coup de sonde, le soutien moyen chez les Verts se montait à 16,7% (juste mieux que les listes d’extrême-gauche à 16,2%) alors que celui des Vert’libéraux était de 70,8%.

Pas plus loin, pour les Vert-e-s

Dans les commentaires, les Vert-e-s ne montrent de loin pas une volonté de développer la 5G. «Je souhaite que nous ralentissions notre gloutonnerie technophile. Je doute que cela représente vraiment des améliorations de la qualité de vie», dit le candidat de la Riviera Lionel Moyard, précisant ne pas non plus vouloir «le démantèlement des infrastructures actuelles». Sabine Glauser Krug, du district d’Yverdon, va plus loin et dit même avoir «renoncé au téléphone portable et à la connexion sans fil».

Pas pour le lave-linge!

À l’inverse, les Vert’libéraux sont  partants. «La peur des ondes est complètement infondée, et un principe de précaution ne se justifie pas, sans quoi quasiment toute nouvelle technologie devrait être refusée», dit le candidat de la liste Vert’libéraux-Le Centre de la Riviera Thomas Cibils. 

Mais l’optimisme reste modéré. «La 5G permet de cibler les appareils et donc réduit le smog électromagnétique. Par contre, il ne faut pas augmenter la consommation de données inutilement», estime Patrick Koppenburg, du district de Nyon, ou, comme le dirait son collègue Jean-Christophe Birchler, oui à la 5G, «mais pas pour connecter son fer à repasser ou son lave-linge!»

Le PLR au sommet

Les adeptes du développement de la 5G devront se tourner, en plus des Vert’libéraux, vers le PLR (79,2% de soutien), qui arrive dans le peloton de tête sur toutes les questions liées à la digitalisation. L’UDC est aussi favorable à la 5G à 62,3%, mais le parti hésite sur d’autres questions analogues (lire ci-dessous).

La peur du vote électronique

Socialistes plus modernes?

Ton opinion

104 commentaires