Afghanistan: 600 bureaux de vote «mis en quarantaine»

Actualisé

Afghanistan600 bureaux de vote «mis en quarantaine»

Les autorités électorales afghanes ont annoncé mardi avoir «mis en quarantaine» les urnes de plus de 600 bureaux de vote, sur un total de 25 450, en raison de fraudes présumées à l'élection présidentielle.

«Les urnes de plus de 600 bureaux de vote ont été mises en quarantaine», a déclaré Daoud Ali Najafi, un des dirigeants de la Commission électorale afghane (IEC), au cours d'une conférence de presse qui annonçait de nouveaux résultats partiels.

M. Najafi a expliqué avoir pris note de «cette décision de l'ECC», la Commission des plaintes électorales, qui est chargée d'enquêter sur les milliers de plaintes pour fraude qu'elle a reçues.

Dans l'attente d'un nouveau comptage, «les urnes de plus de 600 bureaux de vote ont été mises en quarantaine», a expliqué M. Najafi.

L'ECC avait annoncé plus tôt dans la journée avoir relevé des «preuves évidentes et convaincantes» de fraudes et ordonné de recompter des bulletins de vote dans certains bureaux.

Néanmoins, le rapport de l'ECC sur les fraudes «n'était pas clair», «c'est pourquoi nous l'avons renvoyé à l'ECC et avons demandé une explication», a ajouté M. Najafi.

Le président de l'IEC a été nommé par le favori de la présidentielle, le chef de l'Etat sortant, Hamid Karzaï. La Commission a été accusée de favoriser M. Karzaï non seulement par son principal adversaire, l'ancien ministre des Affaires étrangères, Abdullah Abdullah, mais aussi par des organisations de défense des droits de l'homme et d'autres opposants.

Selon l'ECC, les dépouillements dans certains bureaux font apparaître une participation trop élevée au regard de la moyenne nationale, laissant penser que les urnes ont été bourrées, ou un nombre trop élevé de voix pour un même candidat pour être crédible.

«A la lumière de ces preuves (...) il est nécessaire et opportun de vérifier et recompter les bulletins dans les bureaux de vote qui dépassent un seuil au-delà duquel il y a de fortes présomptions d'irrégularités», précise la commission.

De nombreux observateurs afghans et étrangers ont rapporté des irrégularités le 20 août, jour du scrutin.

Le président sortant Hamid Karzaï, installé au pouvoir par la communauté internationale fin 2001, mène nettement au vu des résultats délivrés au compte-gouttes (54,1% des voix), mais Abdullah Abdullah (28,3%) et les leaders de l'opposition l'accusent de fraudes massives.

Le taux de participation n'a toujours pas été livré, deux semaines après le scrutin, mais de nombreux observateurs afghans indépendants et étrangers estiment qu'elle tournera autour de 30 à 35% seulement. (afp)

Ton opinion