Putsch en Turquie: 6000 enseignants suspendus sont réintégrés
Actualisé

Putsch en Turquie6000 enseignants suspendus sont réintégrés

Le ministère de l'Education a annoncé vendredi que de nombreux professeurs avaient pu reprendre le chemin des cours.

1 / 151
La Turquie commémore lundi la mise en échec d'une sanglante tentative de coup d'Etat visant à renverser le président Recep Tayyip Erdogan. (15 juillet 2019)

La Turquie commémore lundi la mise en échec d'une sanglante tentative de coup d'Etat visant à renverser le président Recep Tayyip Erdogan. (15 juillet 2019)

AFP
Les autorités turques ont émis vendredi des mandats d'arrêt contre plus de 200 militaires. (14 décembre 2018)

Les autorités turques ont émis vendredi des mandats d'arrêt contre plus de 200 militaires. (14 décembre 2018)

Keystone
AK Party members stand in front of shoes symbolizing victims of the September 12, Turkish coup d'Etat as they take part in a rally to commemorate the 38th of the event in front of the Ulucanlar prison in Ankara, on September 13, 2018. (Photo by ADEM ALTAN / AFP)

AK Party members stand in front of shoes symbolizing victims of the September 12, Turkish coup d'Etat as they take part in a rally to commemorate the 38th of the event in front of the Ulucanlar prison in Ankara, on September 13, 2018. (Photo by ADEM ALTAN / AFP)

Keystone

Plus de 6000 enseignants turcs qui avaient été suspendus après le putsch manqué en juillet ont été rétablis dans leurs fonctions, a annoncé vendredi le ministère de l'Education.

Au total, 6007 enseignants qui avaient été suspendus car «soupçonnés d'avoir des liens avec des organisations terroristes ont réintégré leur poste», a indiqué le ministère sur son compte Twitter. (nxp/afp)

Peine de mort réaffirmée

de la peine capitale si le Parlement le votait, faisant fi des avertissements de l'Union européenne qui juge cette mesure incompatible avec une adhésion à l'UE. En réponse à une foule qui scandait «Nous voulons la peine de mort», M. Erdogan a déclaré: «Lorsque vous la demandez, cela dérange ces messieurs». «Qu'ai-je dit ? Que je validerais cette décision si elle passait par le Parlement», a ajouté le chef de l'Etat turc à Istanbul.

Dès le surlendemain du putsch avorté du 15 juillet, le président Erdogan avait évoqué un possible rétablissement de la peine capitale afin d'éliminer «le virus» factieux au sein de l'Etat, provoquant l'indignation de l'UE.

La peine de mort a été abolie en 2004 dans le cadre de la candidature d'Ankara à l'entrée dans l'UE, et son rétablissement sonnerait le glas des négociations sur cette adhésion.

(NewsXpress)

Ton opinion