Prévoyance vieillesse: 62% des Suisses pour la réforme d'Alain Berset
Actualisé

Prévoyance vieillesse62% des Suisses pour la réforme d'Alain Berset

Près de deux Suisses sur trois accueillent plutôt favorablement le projet de réforme de la prévoyance vieillesse d'Alain Berset, selon un sondage publié dimanche.

Selon un sondage de gfs.bern, commandé par Pro Senectute et publié samedi et dimanche par la RTS et la «NZZ am Sonntag», quelque 28% y sont plutôt opposés et seuls 10% n'ont pas encore d'avis.

Quelque 62% des sondés sont favorables à la retraite des femmes à 65 ans, une des mesures phares transmises mercredi au Parlement par le Conseil fédéral. Autre proposition centrale, la hausse de la TVA est soutenue par 53% des sondés. Ils ne sont en revanche que 19% à accepter de voir baisser les rentes du 2e pilier sans contrepartie.

«D'abord, nous sommes surpris car la population est au courant du contenu de la réforme et l'accepte. Ensuite, toutes les classes d'âge, aussi bien les jeunes que les seniors, soutiennent ce paquet», a expliqué Werner Schärer, président de Pro Senectute, samedi soir sur la RTS.

En regardant les appartenances partisanes des sondés, la réforme est d'abord soutenue par les Verts, suivis des socialistes. Les moins prompts à adhérer au projet sont les électeurs UDC et libéraux-radicaux, mais le taux d'acceptation dépasse là aussi la barre des 50%.

Selon Werner Schärer, toujours sur la RTS, «il y a une différence entre les générations dans le sens que les personnes âgées sont plus en faveur de la réforme que les jeunes. De même, les femmes soutiennent plus fermement cette révision que les hommes.»

La moitié préfère cotiser davantage

S'il fallait choisir une méthode, la moitié préfère cotiser davantage, tandis que 30% des sondés choisissent de travailler plus. Ils sont 11% en faveur d'une diminution des rentes avant tout, tandis que 12% rejettent les trois solutions.

Si la population semble accueillir plutôt favorablement ce projet de réforme, selon ce sondage, il est en revanche beaucoup plus contesté sur le plan politique. Reste que la population a peur pour ses rentes: on lui promet un trou de plus de 8 milliards de francs d'ici 2030 si rien n'est fait.

Les partis apparaissent moins pragmatiques, la gauche s'opposant depuis le début à certains aspects comme le relèvement de l'âge de la retraite des femmes. La droite juge elle qu'il est préférable d'avancer pas à pas, à commencer par le relèvement de l'âge de la retraite, plutôt que via un paquet unique.

Le conseiller fédéral Alain Berset, le père de la réforme «Prévoyance vieillesse 2020», se montre plutôt confiant. Il relève notamment le fait que, «pour la première fois dans l'histoire de notre prévoyance vieillesse, nous pouvons présenter une réforme conjointe des premier et deuxième piliers».

Le sondage a été mené auprès de 2507 personnes entre le 15 septembre et le 4 octobre. La marge d'erreur est de plus ou moins 2%. (ats)

Ton opinion