Actualisé 06.08.2012 à 16:46

Hiroshima67e anniversaire du premier bombardement

Soixante-sept ans après, la ville d'Hiroshima dans le sud-ouest du Japon s'est recueillie lundi à la mémoire des victimes du premier bombardement nucléaire de l'histoire.

Des lanternes en papier ont été placée le long de la rivière Motoyasu afin de commémorer le 67e anniversaire du premier bombardement de la ville d'Hiroshima.

Des lanternes en papier ont été placée le long de la rivière Motoyasu afin de commémorer le 67e anniversaire du premier bombardement de la ville d'Hiroshima.

Quelque 50'000 personnes, parmi lesquelles des survivants proches des victimes, membres du Gouvernement japonais et délégués de 70 pays, se sont rassemblés au Mémorial de la Paix, sur le lieu de l'explosion.

Une cloche a sonné et une minute de silence a été observée à 8h15 locale lundi matin (23h15 gmt dimanche soir, 1h15 en France). C'est l'heure exacte à laquelle le bombardier B-29 américain Enola Gay a largué le 6 août 1945 sur Hiroshima une bombe atomique, d'un pouvoir de destruction équivalant à environ 15.000 tonnes de TNT.

Une explosion qui fit 140'000 morts

L'explosion, qui détruisit la majeure partie de la ville, fit près de 140'000 morts. Trois jours plus tard, le 9 août, la ville de Nagasaki (sud-ouest) était à son tour visée par un bombardement nucléaire, qui fit 80'000 morts et fut suivi par la capitulation du Japon.

Clifton Truman Daniel, petit-fils du président américain Harry Truman qui ordonna les bombardements, était présent à la cérémonie. S'exprimant par la suite lors d'une conférence de presse, il n'a pas souhaité commenter les décisions prises par son grand-père. «Je viens deux générations plus tard», a expliqué Clifton Truman Daniel, 55 ans.

Un an après Fukushima

«Il est maintenant de ma responsabilité de faire mon possible pour que nous n'utilisions plus jamais d'armes nucléaires», a-t-il ajouté, cité par l'agence de presse japonaise Kyodo. Le Gouvernement américain était de son côté représenté à la cérémonie par l'ambassadeur des Etats-Unis, John Roos.

Cette commémoration intervient dans un Japon encore traumatisé par la catastrophe à la centrale nucléaire de Fukushima, consécutive au séisme et au tsunami du 11 mars 2011. Le maire d'Hiroshima, Kazumi Matsui, a réaffirmé son engagement à oeuvrer en faveur d'un monde sans armes nucléaires. Il a souligné l'importance du souvenir, alors que l'âge moyen des rescapés d'Hiroshima est de 78 ans. Et l'accident de Fukushima, a-t-il ajouté, illustre les dangers de l'atome, y compris pour un usage civil et pacifique.

Les ravages causés par la bombe atomique:

(ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!