Fribourg - Plus de 700 requérants ont disparu dans la nature
Publié

Fribourg Plus de 700 requérants ont disparu dans la nature

Depuis l’ouverture du centre fédéral pour requérants d’asile de Chevrilles en avril 2018, sur 1470 personnes affectées, plus de la moitié sont parties sans laisser d’adresse.

Les statistiques du Service de la population et des migrants révèlent que 722 requérants ont disparu dans la nature. 

Les statistiques du Service de la population et des migrants révèlent que 722 requérants ont disparu dans la nature.

SPoMi 

Le Conseil d’Etat fribourgeois a répondu à un élu singinois sur la situation prévalant au centre fédéral de la Gouglera et dans le domaine de l’asile en général. Il a indiqué que le Service de la population et des migrants (SPoMi) a, depuis l’ouverture du centre de Chevrilles le 1er avril 2018, un taux de renvoi relativement faible (moins d’une personne sur cinq) car un grand nombre de requérants ont disparu dans la nature: 722 sur 1470, rapporte «La Liberté». Autrement dit, la moitié est partie sans laisser d’adresse.

D’autres obstacles aux expulsions sont répertoriés par la gouvernement : hospitalisations, problèmes médicaux excluant le rapatriement par voie aérienne, difficultés d’obtention de documents de voyage auprès de pays étrangers souverains, ou encore renvois par la force exclus par certains pays de provenance. Fribourg est tout de même un bon élève dans le domaine de l’expulsion. Le Secrétariat d’Etat aux migrations n’a jamais infligé au Canton des pénalités financières, a contrario d’autres cantons.

Selon le quotidien fribourgeois, des altercations ont eu lieu à Gouglera en raison notamment du nombre élevé de résidents séjournant en même temps dans le centre. La police cantonale est intervenue 65 fois entre janvier 2020 et fin avril 2021 pour des motifs «des disputes pour des bagatelles, des bagarres, des comportements agressifs, de la consommation excessive d’alcool ou de la violence domestique».

(sme)

Ton opinion