80 clandestins interceptés au large du Cap Vert
Actualisé

80 clandestins interceptés au large du Cap Vert

Praia - Quelque 80 clandestins ouest-africains tentant de rejoindre les Canaries ont été interceptés à bord d'une pirogue au large de l'archipel du Cap-Vert.

Ils ont été interpellés samedi et transférés sur une île voisine, dans une caserne de l'armée.

Le directeur de la police nationale, Carlos Graça, a déclaré dimanche que tous les clandestins étaient des hommes, probablement des Guinéens et Ghanéens. Il a précisé qu'ils seraient très rapidement transférés vers la capitale Praia, pour être identifiés avant d'être rapatriés vers leur pays d'origine.

Le 20 juillet, une pirogue avec une centaine de clandestins à bord avait déjà été interceptés près du Cap-Vert, ancienne colonie portugaise au large du Sénégal. Le 14 juillet, 137 clandestins qui tentaient de rejoindre l'archipel espagnol des Canaries étaient arrivés au Cap-Vert.

Pour les clandestins, partis des côtes sénégalaises, gambiennes ou bissau-guinéennes, le Cap-Vert n'est qu'une étape vers les Canaries, plus au nord, qui constitue une des principales portes d'entrée de l'Europe.

Les arrivées de clandestins espérant entrer en Europe via les Canaries, ont nettement reculé par rapport à l'afflux massif de 2006 (plus de 31 200, soit trois fois plus que le précédent record en une année), notamment grâce à la surveillance accrue des côtes ouest-africaines par un dispositif coordonné par l'agence européenne Frontex.

Les débarquements ont cependant augmenté depuis le mois d'août. Ils dépassent 6690 depuis le début de l'année, dont 1006 en août et 249 depuis le début du mois de septembre, selon les chiffres des autorités espagnoles.

SDA/ATS

Ton opinion