recul de 9%: 825 millions de bénéfice pour La Poste
Actualisé

recul de 9%825 millions de bénéfice pour La Poste

La Poste clôt son exercice 2008 sur un bénéfice consolidé de 825 millions de francs, une baisse de 9% par rapport à celui de 2007, année record, mais qui sera meilleur que celui de 2009, ont prévenu les dirigents du géant jaune.

Ceux-ci remettent la compresse pour faire de PostFinance une banque.

En période de récession et alors que les activités traditionnelles de La Poste continuent à diminuer, il est vital que l'unité finance se développe, ont expliqué tant Ulrich Gygi, directeur sortant, que Claude Béglé, président du conseil d'administration à partir du 1er avril. Reste à savoir sous quelle forme.

Devant la menace d'une partie de la classe politique de séparer PostFinance de La Poste si une licence bancaire venait à lui être accordée, la direction demande une version «light», soit la possibilité d'octroyer uniquement des crédits et des hypothèques. Le conseiller fédéral Moritz Leuenberger a laissé entendre la semaine dernière que cette idée pourrait se réaliser dans le cadre d'un troisième paquet conjoncturel.

Mais en aucun cas La Poste ne veut se voir amputée de sa précieuse unité. «Sans sa contribution nous serions dans une situation très précaire», a averti M.#Béglé en rappelant que le résultat de PostFinance est presque équivalent à celui des autres secteurs réunis.

L'an dernier, la croissance du chiffre d'affaires de La Poste, qui a atteint 8,98 milliards en 2008 contre 8,71 en 2007, est en effet presque exclusivement due à PostFinance. L'établissement financier, qui a géré plus de 60 milliards de francs, a vu ses recettes croître de 254 millions à près de 2,2 milliards et a réalisé un bénéfice opérationnel de 229 millions, en baisse de 89 millions en raison de la crise financière.

170 millions à la Confédération

Les autres unités affichent des résultats variables. De manière générale, le recul du bénéfice global de La Poste s'explique par la hausse des coûts du transport et du personnel, la baisse des volumes ainsi que par la diminution des indemnités versées par la Confédération pour le transport des journaux.

Des 825 millions de bénéfice, 170 seront proposés à la Confédération en tant que propriétaire et 250 seront versés à la caisse de pensions, dont le taux de couverture est toujours insuffisant, a expliqué Markus Zenhäusern, responsable des finances. De nouvelles mesures pour assainir la caisse seront par ailleurs discutées en mai.

Nouvelle loi

Le forcing de la direction pour obtenir une licence bancaire intervient alors que le Conseil fédéral doit présenter prochainement son message de révision de la législation postale. Le mandat de La Poste en vue de la libéralisation totale du marché, prévue vers 2011 ou 2012, sera défini dans ce cadre.

Une ouverture qui «ne fait pas peur» au président sortant, Anton Menth, qui estime que La Poste s'est bien préparée ces dernières années. Pour son successeur Claude Béglé, la nouvelle loi devra laisser une marge de flexibilité «et ne pas bétonner les structures historiques».

Réseau postal

Une réflexion qu'il étend au réseau postal. Tout en reconnaissant que celui-ci «fait partie de notre patrimoine, de notre ADN», il n'entend pas pour autant renoncer à toute restructuration, même s'il faut être «extrêmement prudent» dans la démarche. Quelque 500 offices sont actuellement en cours d'évaluation en vue d'être fermés ou transformés.

Un dossier qui l'amènera, avec le nouveau directeur Michel Kunz, à croiser le fer avec le syndicat de la communication. Dans un communiqué, celui-ci estime qu'avec un bénéfice de 825 millions, «La Poste a les moyens de maintenir un vaste réseau postal de proximité».

Les mauvaises perspectives pour 2009 devraient également durcir les relations entre les partenaires sociaux, a averti Ulrich Gygi en précisant toutefois qu'aucune mesure à l'encontre du personnel n'était pour l'instant prévue. Pour le syndicat transfair, il est en tout cas hors de question que la baisse des tarifs annoncée mardi à la suite de l'intervention du Surveillant des Prix, qualifiée «d'attaque» par M.#Menth, se fasse sur le dos des employés. (ap)

Ton opinion