Le DVD de la semaine: «9 mois ferme», un film pour rire avec du mordant
Actualisé

Le DVD de la semaine«9 mois ferme», un film pour rire avec du mordant

Albert Dupontel marie répliques cinglantes et humour corrosif dans «9 mois ferme», qui sort en DVD et dont nous vous offrons quelques exemplaires.

par
Catherine Magnin

Cela fait depuis 1993 (et son court métrage «Désiré») qu'Albert Dupontel écrit et met en scène des comédies aussi débridées qu'iconoclastes. «9 mois ferme» en est la quintessence. En ciselant le moindre détail sans jamais rien sacrifier sur l'autel du consensus, le Français réussit à rendre attachants des personnages dont il épingle les travers. Résultat: César du Meilleur scénario pour Dupontel, et de la Meilleure actrice pour Sandrine Kiberlain.

«9 mois ferme» raconte l'histoire d'une juge (Kiberlain) coincée du cul qui se retrouve enceinte après un Nouvel-An trop arrosé. Le père? Un criminel (Dupontel) condamné pour des actes aussi atroces que... loufoques!

Dupontel le perfectionniste

Répliques qui tuent, placements de caméra inventifs, rythme d'une implacable efficacité: «9 mois ferme» est le fruit d'un travail d'orfèvre, dont on découvre quelques aspects dans le making of en bonus du DVD. Que ce soit lors de répétitions bien avant le tournage, dans sa direction d'acteur ou dans sa réactivité sur le tournage, le perfectionnisme de Dupontel fait merveille.

Avec les cinq Césars de «Les Garçons et Guillaume, à table!», les récompenses remises à «9 mois ferme» consacrent la reconnaissance d'un genre longtemps snobé par l'Académie: la comédie. Ce n'est pas trop tôt!

«9 mois ferme»

De et avec Albert Dupontel. Avec Sandrine Kiberlain.

Film: ****

Bonus: **

Consécration largement méritée

César du Meilleur espoir féminin dans «En avoir (ou pas)», en 1996, Sandrine Kiberlain aura attendu presque vingt ans pour voir son talent reconnu par l’Académie. L’actrice de 46 ans a touché à tous les genres en presque trente ans de carrière: drame social («Betty Fischer et autres histoires») ou romantique («Mademoiselle Chambon»), film à costumes («Beaumarchais»), etc. On n’est pas fâché de la voir remporter le César de la Meilleure actrice 2014 pour une comédie, l’un des genres où il est le plus difficile d’exceller.

Ton opinion