Marseille: A 11 ans il tente d'étrangler son institutrice
Actualisé

MarseilleA 11 ans il tente d'étrangler son institutrice

Un garçonnet de 11 ans a tenté d'étrangler son institutrice dans une école de Marseille lundi dernier. L'enseignante n'a pas été hospitalisée mais se trouve en arrêt maladie, sous le choc.

Un garçon de onze ans, scolarisé en CM2 dans une école du 15e arrondissement de Marseille, a tenté d'étrangler lundi dans un accès de colère l'une des institutrices de l'établissement, a-t-on appris vendredi auprès de l'inspection d'académie des Bouches-du-Rhône.

L'enseignante, qui n'a pas été hospitalisée mais est toujours très choquée, est en arrêt maladie depuis l'incident. Elle a porté plainte au commissariat, a précisé à l'AFP l'inspecteur d'académie adjoint, Alain Yaïche, confirmant une information du quotidien régional «La Provence».

Le garçonnet était «extrêmement excité» ce lundi et, alors que l'étude en fin de journée avait débuté, l'une des enseignantes de l'école en charge de la surveillance lui a demandé de rentrer dans le rang, ce qu'il a refusé de faire.

«Il a alors piqué une colère noire, s'est débattu, a bousculé l'enseignante, l'a fait tomber et a eu ce geste malheureux de tenter de l'étrangler», a ajouté M. Yaïche, évoquant un acte «qui n'est pas fréquent du tout». Ce geste «grave et inexcusable» n'est pas le fait d'un «voyou ou d'un délinquant», ni d'un enfant «délaissé», a-t-il immédiatement précisé.

«Il s'agit d'un enfant turbulent -comme on peut l'être à son âge- mais qui, en dehors de deux accès de colère en deux ans, est gentil, poli et coopératif selon ses institutrices», a souligné l'inspecteur d'académie adjoint. La famille de l'enfant, qui n'est pas revenu en classe depuis les faits, est intégrée et «proche de l'école», a-t-il précisé.

Choqués, les enseignants n'ont pas repris les cours jeudi, mais l'école était rouverte vendredi matin. Elèves, parents et membres de l'équipe pédagogique ont été reçus par une cellule psychologique.

Une équipe éducative, à laquelle participera le médecin scolaire notamment, sera réunie la semaine prochaine, afin de faire des propositions à l'inspectrice d'académie, qui consisteront en un changement d'école, de classe, ou l'instauration de mesures éducatives pour l'enfant, a expliqué M. Yaïche. «Il faut que l'enfant prenne conscience de ses actes et ne recommence plus», a-t-il affirmé.

Ton opinion