À 15 ans, une actrice de «Stranger Things» anime une hotline

Priah Ferguson, alias Erica Sinclair dans la série Netflix, veut dissuader les jeunes de consommer compulsivement des vêtements bon marché.

Priah Ferguson, alias Erica Sinclair dans la série Netflix, veut dissuader les jeunes de consommer compulsivement des vêtements bon marché.

ThredUP
Publié

Appel aux jeunesÀ 15 ans, une actrice de «Stranger Things» anime une hotline

Priah Ferguson, alias Erica Sinclair dans la série Netflix, et le détaillant online ThredUP s’associent pour aider les jeunes à se désaccoutumer à la fast fashion.

par
Emmanuel Coissy

«Salut, c’est Priah. Tu as joint la «Fast Fashion Confessional Hotline». Ce qui signifie que tu veux rompre avec la fast fashion.» Cette voix au téléphone, c’est celle de Priah Ferguson, actrice de «Stranger Things», âgée de 15 ans. Quand on compose le numéro américain 1-855-THREDUP, on entend ce message enregistré par celle qui campe Erica Sinclair dans la série Netflix.

Le détaillant online ThredUP et la comédienne se sont associés pour lancer, la semaine dernière, un service téléphonique afin de dissuader les jeunes de consommer compulsivement des vêtements bon marché. L’entreprise américaine a lancé cette opération de sensibilisation après avoir mené un sondage auprès de 2000 Américains de la génération Z: un tiers d’entre eux se déclarent accros à la fast fashion, comprenez des vêtements tendance vendus à un prix abordable par des entreprises telles que H&M, Zara et Forever 21.

«Toi et la planète, vous méritez mieux», poursuit l’actrice dans son message, avant de proposer trois options différentes. «Si tu es sur le point de faire une folie. Appuie sur 1.» Là, la star explique les méfaits de la surconsommation. La touche 2 renvoie à un discours sur le fait qu’un shopping raisonnable est la meilleure solution pour l’environnement. Et si on appuie sur le 3, Priah Ferguson raconte une histoire d’horreur afin d’inciter le correspondant à ne pas aller faire du shopping.

Sitôt acheté, sitôt jeté

«Nous sommes surpris par le nombre de consommateurs qui nous disent qu’ils sont parfaitement conscients de leurs mauvaises habitudes qui ont un impact sur la planète, mais qu’ils le font quand même», déclare ThredUP cité par «Vogue».

Beaucoup de jeunes achètent des habits uniquement pour alimenter leurs comptes sur les réseaux sociaux. Ils s’en débarrassent après les avoir portés quelques fois. Ils sont souvent jetés à la poubelle, puis finissent dans une décharge et mettent des décennies à se décomposer.

Surconsommer par vanité

En 2018, une enquête menée au Royaume-Uni auprès de 2000 Britanniques, relevait qu’une majorité d’entre eux achetaient deux fois plus de vêtements qu’il y a dix ans. Elle indique aussi qu’une personne sur trois jette ses vêtements après les avoir portés 3 fois, généralement pour des photos postées sur les réseaux sociaux. Une personne sur cinq préfère mettre à la poubelle un habit au lieu de le donner.

Ton opinion

1 commentaire