Actualisé 20.04.2007 à 00:29

A 41 ans, le Montreux Jazz Festival a l'âge de raison

BERNE – Placebo, Norah Jones, Les Rita Mitsouko, Faithless: affiche prestigieuse pour un événement obligé de se restructurer.

Jusqu'à 40 ans, c'était une fuite en avant: chaque année, la manifestation voyait plus grand. Et puis, une fois les projecteurs éteints, restaient les chiffres rouges. «Nous ne pouvions pas prendre de mesures avant le 40e, qui devait être une apothéose», confie Mathieu Jaton, secrétaire général du Montreux Jazz Festival. Mais désormais, place à l'âge de raison. Le budget maigrit de 3 millions de francs, atteignant 16,2 millions. Finis les concerts jazz au Casino. Le Miles Davis Hall retrouve l'esprit de ses débuts, il y a quinze ans: musique actuelle pointue, mais aussi soirées plus intimistes (jazz, chanson, etc.). Sur les quais, on pense confort et convivialité plutôt que cumul indigeste de visiteurs. «Ce n'est pas qu'un lieu de sustentation», plaide Mathieu Jaton. Plusieurs espaces en plein air permettront de savourer la beauté du site. Et puis, il y a la musique. Pas d'événement incontournable qui concentrera tous les regards, mais un catalogue de qualité conçu par l'infatigable Claude Nobs et la talentueuse Lori Immi. Vieux souvenirs (Foreigner, Roger Hodgson), stars actuelles (Norah Jones, Placebo), rendez-vous traditionnels (Brésil, reggae), sans oublier jazz et blues (Brad Mehldau avec Pat Metheny, Van Morrison avec Solomon Burke).

Grégoire Nappey

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!