Bâle-Campagne: A 5 ans, sous enquête pour avoir joué au docteur
Actualisé

Bâle-CampagneA 5 ans, sous enquête pour avoir joué au docteur

Un bambin est soupçonné d'avoir essayé d'abuser d'autres enfants. Ses parents se disent victimes d'une cabale.

par
duf/dmz
Les autorités bâloises ont ouvert une enquête.

Les autorités bâloises ont ouvert une enquête.

Keystone

Un petit Bâlois de 5 ans se vantait d'avoir «attrapé une camarade par les parties génitales». La compagne du père d'un autre camarde l'aurait vu en train de «jouer au docteur» avec d'autres enfants. «Le pantalon baissé, il a essayé de pénétrer d'autres garçons», relevait dimanche le «SonntagsBlick», qui citait des documents officiels.

Le père en question, écrivait le dominical, a prévenu en juin 2016 l'Autorité de protection de l'enfant et de l'adulte (APEA) de Liestal (BL), qui a saisi la justice. L'APEA a demandé une perquisition chez les parents, ce qui a été refusé, car les soupçons ne sont pas confirmés.

Parents choqués

L'APEA, en revanche, n'a pas lâché l'affaire. Elle a envoyé des psychiatres et des pédiatres au jardin d'enfants. Ces derniers ont diagnostiqué un «comportement sexualisé» et recommandé à l'autorité de rédiger un rapport. Un ordre en ce sens a été donné le 22 mai dernier.

Depuis, les parents se sentent traités «comme des criminels». Ils sont prêts à saisir la justice fédérale, explique leur avocat. Selon lui, ce ne sont «que des jeux d'enfants».

«Le garçon est traumatisé»

La conseillère nationale Barbara Keller-Inhelder (UDC/SG) s'insurge contre les pratiques de l'APEA. Elle souhaite que ce soit à cette dernière d'apporter la preuve qu'une intervention est nécessaire et non pas aux familles concernées de convaincre que ce n'est pas le cas.

Sans se prononcer sur l'affaire en cours, elle relève que les conséquences sur les familles sont trop grandes pour se permettre de faire des erreurs. «Le garçon est sans doute traumatisé par ce qui lui arrive. Et les parents seront regardés de travers pour toujours», s'émeut la parlementaire. Elle conclut en soulignant qu'«avant de demander une perquisition, il faut parler avec les gens».

«Pas un comportement normal»

Son collègue Aloïs Gmür (PDC/SZ) a un autre avis. «Essayer de pénétrer un autre enfant n'est pas un comportement normal pour un enfant de 5 ans. L'intervention de l'APEA est justifiée, il faut savoir ce qui se passe dans cette maison», déclare-t-il.

«Les enfants s'étudient, de la langue aux organes génitaux»

Interrogée par «20 Minuten», la spécialiste de la sexualité des enfants Marlies Bieri, souligne que le développement sexuel des enfants commence très tôt. Ils ressentent très vite le plaisir et une érection est possible dès le plus jeune âge, explique-t-elle.

Quant à savoir si le comportement de ce bambin est normal, elle ne peut le dire. Elle souligne qu'habituellement, les enfants développent plutôt leur sexualité en explorant leur propre corps «de la langue aux organes génitaux» Elle explique toutefois que jouer au docteur n'est pas quelque chose de mal en soi, tant qu'aucun des participants n'est forcé à quoi que ce soit.

Si un enfant dépasse les limites, la justice et les services de protection doivent en effet réagir, conclut la spécialiste. Mais avant cela, il faut que les soupçons se transforment en faits prouvés.

Ton opinion