Gymnastique - A 53 ans, Donghua Li fait toujours l’acrobate
Publié

GymnastiqueA 53 ans, Donghua Li fait toujours l’acrobate

L’ancien champion olympique de cheval d’arçons d’Atlantade 1996 était l’ambassadeur des Mondiaux de gym Acro à Genève. Le Lucernois a de beaux restes…

par
Christian Maillard

Depuis les Jeux d’Atlanta, en 1996 et son titre au cheval d’arçons, Donghua Li n’a pas pris un gramme! À 53 ans, il a toujours cette forme olympique et cette souplesse qui ont fait de lui un grand champion. Le Lucernois se trouvait ce week-end à Genève, en qualité d’ambassadeur des Mondiaux de gym artistique. L’occasion pour lui de démontrer, même sans son justaucorps, qu’il a également de belles aptitudes dans cette discipline. Son numéro de haute voltige avec César Salvadori, président de la manifestation, en a impressionné plus d’un, dimanche, à la pause, juste avant que ne commencent les finales.

1 / 4
Donghua Li avait fait aussi de la gym Acro en étant petit, il n’a rien perdu. La preuve avec César Salvadori, le président des championnats du monde qui se sont déroulés à Genève.

Donghua Li avait fait aussi de la gym Acro en étant petit, il n’a rien perdu. La preuve avec César Salvadori, le président des championnats du monde qui se sont déroulés à Genève.

PIERRE MAILLARD
Beaucoup de force et de dextérité entre les deux…

Beaucoup de force et de dextérité entre les deux…

PIERRE MAILLARD
Et de l’équilibre…

Et de l’équilibre…

PIERRE MAILLARD

Comme le vélo, ça ne s’oublie pas. À croire qu’il avait fait «ça» toute sa vie. Impressionnant. «Quand j’étais encore en Chine alors que j’avais six ans, entre les spécialistes de l’artistique et de l’Acro, on partageait la même salle et les praticables, se souvient Donghua Li. On attendait chacun notre tour pour les placements. J’ai donc grandi avec cette discipline-là.»

S’il avait alors essayé des «mains à mains» ou des «pièces droites en équilibre», le champion olympique de cheval d’arçons n’en est pas devenu accro pour autant, question de priorité et de temps. «Avec les heures passées pour l’artistique, il n’était pas vraiment possible d’enchaîner avec autre chose à côté», regrette le gymnaste, qui aurait bien aimé poursuivre également ces acrobaties au plus haut niveau. Mais cette discipline n’était pas olympique et c’était sa volonté de participer aux Jeux. «Raison pour laquelle la Chine ne fait pas partie des tout meilleurs dans ce sport.» À l’exception du quatuor, peut-être…

Donghua Li ne cache pas qu’avec son agilité il a forcément reçu des offres pour travailler dans des cirques après sa carrière. «J’ai eu des contacts avec Knie où j’ai même essayé de réaliser mon numéro de cheval d’arçons sur un vrai cheval, raconte l’Helvète originaire de Chengdu. C’était rigolo mais finalement cela ne s’est pas concrétisé.»

Donghua Li - Champion olympique au cheval d'arçon (Atlanta 1996)

Donghua Li - Champion olympique au cheval d'arçon (Atlanta 1996)

PIERRE MAILLARD

Ambassadeur de ces Mondiaux de gymnastique Acro à Genève, Donghua Li a dans tous les cas beaucoup apprécié ce spectacle de haut vol. «C’est vraiment exceptionnel et impressionnant», s’est exclamé le Lucernois, qui espère bien pour son ami César Salvadori, avec lequel il a eu du plaisir à faire l’acrobate, que cette discipline va bientôt devenir olympique.

Ton opinion

1 commentaire