Bâle-Campagne: À 8 ans, il est traité comme un vrai faux-monnayeur

Publié

Bâle-CampagneÀ 8 ans, il est traité comme un vrai faux-monnayeur

En demandant s’il pouvait payer avec des billets de carnaval, un gamin a déclenché le zèle des enquêteurs.

L’enquêteur a pris les photos du jeune comme pour un délinquant. 

L’enquêteur a pris les photos du jeune comme pour un délinquant. 

zvg

Une procédure policière de trois heures comprenant fouille de la maison, interrogatoire et prise de photos face-profil. Ce traitement de choc a été réservé à un petit garçon de 8 ans et à son frère aîné âgé de 10 ans. Cause de ce ramdam, un billet factice de 50 euros, rapporte la «Basler Zeitung».

Un mois plus tôt, les deux frères avaient recueilli cette monnaie de singe pendant le carnaval. Ils étaient ensuite allés à l’épicerie de leur village, là où la famille fait régulièrement ses courses. Là, le plus jeune avait demandé à la vendeuse s’il pouvait acheter quelque chose avec ce billet. La caissière a tout de suite repéré la fausse monnaie et a grondé les enfants, qui sont partis sans demander leur reste. La femme a alors dénoncé le cas à la police, comme l’exige le règlement du magasin.

Enquête de police fouillée

La police n’a pas pris les choses à la légère: les vidéos de surveillance ont été scrutées jusqu’à ce que les «coupables» soient identifiés, un bon mois après les faits. Un agent a alors téléphoné à la famille, expliquant que les enfants avaient commis des actes graves. «J’ai dit que nous allions coopérer, mais après le coup de téléphone, j’ai pleuré comme une Madeleine, en m’attendant au pire», explique la maman.

Après un long interrogatoire, l’enquêteur opiniâtre a conclu que seul le cadet s’était rendu coupable de «mise en circulation de fausse monnaie». Selon le père des garçon, l'officier de police semblait déçu de ne pas pouvoir accuser le frère aîné. À dix ans, il aurait pu être jugé par la justice des mineurs,alors que le plus petit y échappe. Interrogée par nos confrères, la police s’est défendue, rappelant les règlements en vigueur. Mais ce maudit billet risque de ­poursuivre longtemps le petit Bâlois. Sa maman l’a rassuré: il n’ira pas en prison, comme il le craignait. Mais son dossier, lui, restera dans le système informatique de la police jusqu’à ses 20 ans, le 6 mai 2032, date du délai de prescription. 

(JBM/FRS)

Ton opinion

358 commentaires