Actualisé 22.03.2011 à 05:44

Nucléaire au JaponA Fukushima, le travail reprend

Le personnel de la centrale de Fukushima, évacué lundi en raison de fumée en provenance du réacteur 3, a pu réintégrer son poste.

Les travaux de remise en état des systèmes de refroidissement de la centrale nucléaire de Fukushima ont repris mardi matin, a annoncé l'opérateur Tepco. La veille, ils avaient été interrompus à la suite de dégagements de fumée.

Vers 8h locales (00h00 mardi), le personnel est revenu sur le site et a repris les réparations sur les réacteurs 1 à 4, touchés par des accidents et des fuites radioactives depuis le séisme et le tsunami du 11 mars.

Une grande partie des techniciens qui travaillaient sur ces quatre réacteurs avaient dû cesser leur travail lundi en fin d'après- midi, après l'apparition de fumée et de vapeur au-dessus des réacteurs 2 et 3.

De nouveaux dégagements de vapeur ont été observés mardi matin, selon les médias, mais un responsable de Tepco a déclaré que la vapeur ne devrait pas compliquer les travaux en cours.

Réacteurs pas refroidis

Le refroidissement des réacteurs à l'aide de canons à eau n'a en revanche pas redémarré mardi matin, a précisé Tokyo Electric Power (Tepco), gestionnaire de la centrale Fukushima Daiichi (Nð1) située à 250 km au nord-est de Tokyo.

L'Agence de sûreté nucléaire a indiqué qu'une décision devrait être prise en milieu de journée. Lundi, de la fumée grise s'était échappée pendant quelques heures du réacteur 3, qui inquiète le plus les autorités.

Ce réacteur a subi les plus lourds dégâts après le séisme et le tsunami, et le toit de son bâtiment supérieur a été détruit par une forte explosion la semaine dernière en raison d'une accumulation d'hydrogène consécutive à des opérations de dépressurisation.

Il contient en outre du combustible MOX, mélange d'oxydes de plutonium et d'uranium issu de produits de recyclage, dont les rejets sont considérés comme plus nocifs que ceux provenant d'un combustible à base d'uranium.

(ats/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!